Les signatures Mon Doux Saigneur et Grand Eugène résonnent au FEQ

Mon Doux Saigneur, au Festival d'Été de Québec, sur la scène Crave Place d'Youville. (Crédit photo : Estelle Lévêque)Mon Doux Saigneur, au Festival d'Été de Québec, sur la scène Crave Place d'Youville. (Crédit photo : Estelle Lévêque)

FEQ : La scène gratuite de la place d’Youville accueillait ce soir les trois groupes québécois Mon Doux Saigneur, Grand Eugène et oui merci. 

Par Estelle Lévêque

Tête d’affiche de ce lundi soir place d’Youville, le groupe Mon Doux Saigneur a joué devant des spectateurs majoritairement conquis. Lorsque Emerik St-Cyr Labbé a demandé au public qui ne les avait encore jamais vus en concert, assez peu de mains se sont levées. Le chanteur s’est adressé à ces derniers dans la foulée pour leur souhaiter la bienvenue.

Voyage à travers les genres de Mon Doux Saigneur

C’est sur Rodeo que les cinq musiciens ont débuté leur concert. Dans un style country-blues assumé, Mon Doux Saigneur a interprété plusieurs titres de leur album Horizon, paru en 2020. Puis, lors de Maudit, Aller ou encore le connu Tempérance, le leader a troqué sa guitare acoustique pour une électrique, amenant progressivement l’atmosphère vers un style plus indie-rock.

Emerik St-Cyr Labbé, de Mon Doux Saigneur, au Festival d’Été de Québec, Place d’Youville. (Crédit photo : Estelle Lévêque)

Par ailleurs, la formation, qui tourne depuis une dizaine d’années, a exploré plusieurs titres de leur dernier album, Fleur de l’âge, livré en 2022. Puis, avec Flou, ou Son Mad -single paru le mois dernier- l’ambiance a viré vers des sonorités plus planantes, soulignées par le pedal steel de David Marchand ou la guitare de Eliott Durocher-Bundock.

Enfin, la nuit bien tombée, cette soirée place d’Youville pour le Festival d’Été de Québec s’est achevée avec des sourires sur les lèvres des spectateurs. Avant d’interpréter Horizon, Emerik St-Cyr Labbé a donné rendez-vous aux conquis au Grizzly Fuzz en mars 2025.

Un air de vacances avec Grand Eugène

Avant le passage de Mon Doux Saigneur, Grand Eugène a joué à la lumière des derniers rayons de soleil de la journée. La formation montréalaise a sorti son EP, Les vacances d’été, il y a tout juste un mois. Se décrivant comme un groupe indie-rock aux sonorités dream-pop, Grand Eugène s’exprime avec justesse, en toute simplicité.

Jeremy Lachance et Melyssa Lemieux, de Grand Eugène, au Festival d’Été de Québec. (Crédit photo : Estelle Lévêque)

Melyssa Lemieux, sur le devant de la scène, incarne un enthousiasme contagieux. Sa voix, douce et joyeuse, souligne chaque titre d’une signature Grand Eugène déjà bien définie. Évoquant parfois les titres estivaux de Polo & Pan, comme avec le titre Tout le monde, parfois les mélodies mélancoliques de Men I Trust, avec Moments, le groupe s’approche de plusieurs influences sans délaisser sa recherche créative. D’ailleurs, c’est Jeremy Lachance, à la guitare, qui signe les compositions.

Sur la mélodie entraînante de Danser, le public est entré dans le jeu de Grand Eugène. Alors, il se dégageait, sur la place d’Youville, un plaisir sincère, tant du côté de la foule que de la scène. Enfin, après avoir souligné le départ du claviériste Nassim Dib-Mudie, le groupe a clos sa prestation avec le rythmé Mile End. En début de carrière, Grand Eugène se prépare déjà, on imagine, à un avenir prometteur.

Commentez sur "Les signatures Mon Doux Saigneur et Grand Eugène résonnent au FEQ"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.