Vélos : des progrès pour le déneigement des pistes

Le vice-président du comité exécutif, Pierre-Luc Lachance. Capture d'écran.

Le vice-président du comité exécutif, Pierre-Luc Lachance, annonçait ce vendredi matin des développements à la Ville de Québec concernant le déneigement des pistes cyclables.

« Je suis heureux d’annoncer que la Ville déneige ou selon le cas dame 100 km de voies cyclables en 2022, soit une augmentation de 15 km par rapport à l’an dernier », affirme-t-il.

Cela permettra selon lui de favoriser les déplacements actifs et d’encourager « un nombre grandissant de personnes à troquer leur voiture pour d’autres modes de transport ».

Pierre-Luc Lachance note deux axes qui feront selon lui « le bonheur des cyclistes ». D’abord celui du Parc technologique, de l’avenue Watt à l’avenue Chèvremont, qui facilitera le lien avec l’Université Laval. Le deuxième est celui du boulevard Hochelaga qui permettra de lier la colline parlementaire à la Route de l’Église.

En somme, le but de la Ville de Québec est d’envoyer le message que l’administration actuelle prend au sérieux le développement du vélo quatre saisons. « Les annonces aujourd’hui ne sont que le début », laisse tomber Pierre-Luc Lachance.

Le réseau cyclable hivernal en détails

Dans le plan ci-dessous, le pointillé représente les surfaces damées, qui sont des grands corridors et axes cyclables. Les gens peuvent y marcher, faire du ski de fond ou pratiquer le fatbike.

Ensuite, il s’agit du volet « sur chaussée », c’est-à-dire de chaussées désignées, de vélos-boulevards ou de bandes cyclables qui sont « sur chaussées ». La conception de ces aménagements permet d’avoir l’espace pour emmagasiner la neige.

Le troisième type d’aménagement est la piste cyclable qui est hors chaussée et qui est déneigée spécialement pour les piétons et les cyclistes.

Pierre-Luc Lachance précise que les liens déneigés sur rues vont représenter 27,5 km en 2022. Les liens déneigés en « mode cohabitation » représenteront 27,1 km et les liens damés pour le fatbike 44,7 km.

Concernant la connexion entre la haute-ville et la basse-ville, l’axe de la Pente Douce en est la colonne vertébrale. Toutefois, pour que cet axe estival devienne praticable pour le vélo l’hiver, il faut pouvoir stocker la neige entre les opérations, explique Jean-François Martel-Castonguay, chef d’équipe de la planification et de l’aménagement du territoire. L’espace ne serait donc pas suffisant pour le faire sur la Pente Douce.

« Ça va nécessiter des travaux et une mise à niveau de l’axe et malheureusement on est pas capable de le livrer pour cet hiver », ajoute-t-il. Aucune date n’est arrêtée, le projet étant en analyse.

Pierre-Luc Lachance réitère qu’il n’y aura pas de passerelle ni en aluminium et ni en métal au Vieux-Port de Québec. « Il y a toujours des éléments à travailler, répète-t-il. Le réseau est en construction et en amélioration continue. »

Plan actualisé du réseau cyclable. Crédit photo : Ville de Québec.

Une blague bien sentie

À la question des choses mettre en place pour améliorer la mobilité active, Pierre-Luc Lachance lance énergiquement : « On est content qu’André Arthur ne soit plus en onde. » Il ajoute ensuite qu’il y a toujours des ajustements de comportements à faire concernant la courtoisie, autant en vélo qu’en auto, pour une meilleure cohabitation.

« C’est une boutade », a-t-il tenu plus tard à préciser à propos de son commentaire à l’endroit de l’ancien animateur de radio communément nommée à Québec « radio poubelle ».

Publicité

Commentez sur "Vélos : des progrès pour le déneigement des pistes"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.