Bruno Marchand déclare que « le vent a tourné »

Crédit photo : Sophie Williamson.

À l’heure des bilans en cette fin de campagne municipale, Bruno Marchand, chef de Québec Forte et Fière, est heureux du chemin accompli et confiant de l’issue finale.

Il exprime aussi sa volonté de « rétablir les ponts » avec les citoyens, les employés de la Ville, les autres municipalités et le gouvernement du Québec.

« Ouvrir le dialogue »

Bruno Marchand explique que la dernière journée de sa campagne sera consacrée à la rencontre des citoyens dans tous les districts. « Je m’engage à faire la tournée de la ville pour aller parler aux citoyens, affirme-t-il, parce qu’une campagne électorale c’est un dialogue avec tout le monde. »

Il ajoute que la collaboration avec les autres villes est selon lui essentielle. « On va ouvrir et entamer le dialogue avec les villes qui nous entourent », assure-t-il. Il déplore par exemple que Québec et Lévis se développent « dos au fleuve » et « veut effacer les cicatrices du passé qui ont découragées les acteurs des municipalités à travailler ensemble ».

« Imaginez les gains que nous aurons quand nous serons capables de remettre le citoyen au centre et de laisser tomber nos enjeux territoriaux », ajoute Bruno Marchand.

Cette « meilleure collaboration » vise aussi le gouvernement du Québec. L’aspirant à la mairie explique vouloir « rétablir les ponts » pour que « la synergie soit totale ». « On ne sera pas toujours d’accord, mais je vous assure qu’on aura la capacité de discuter avec maturité et de laisser tomber notre égo », ajoute-t-il.

Rétablir la confiance avec les employés à la Ville

Selon Bruno Marchand, la collaboration avec les employés de la ville de Québec est « un signe qu’il faut envoyer rapidement ».

Il explique que les employés lui ont manifesté un manque de reconnaissance et d’écoute. Il y a selon lui des choses à améliorer au niveau de l’accueil et de l’intégration.

« On a envie de dire aux employés que la fierté qui leur reste pour la ville, on va la multiplier, assure-t-il. On va rétablir la situation. Chaque départ est la perte d’un actif précieux et diminue notre capacité à offrir des services de qualité. » 

Bruno Marchand déclare donc aux employés « qu’il les entend » et qu’il déploiera des actions concrètes. Il veut que la Ville soit « un employeur de choix ».

La fierté au rendez-vous

La plus grande fierté de Bruno Marchand ou son « meilleur coup » est le recrutement de son équipe. « La qualité de mon équipe est mon plus grand et plus beau succès », affirme-t-il.

Son « pire coup » est selon lui une annonce au mois de mai sur la transparence qui est passée complètement sous le radar. « C’était fondamental pour nous la transparence et on s’est retrouvé à récupérer l’annonce autrement parce qu’on avait mal lu les circonstances », précise-t-il.

« On est venu pour gagner, affirme Bruno Marchand, cette capacité à susciter l’adhésion de centaines de personnes témoigne du sérieux qu’on y a mis. »

Il assure aussi que « le vent a tourné », manifestant une bonne confiance en ses chances de devenir le nouveau maire de Québec le 7 novembre prochain.

Publicité

Commentez sur "Bruno Marchand déclare que « le vent a tourné »"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.