Une bien drôle de ruse

Jean-François GosselinLe chef de Québec 21, Jean-François Gosselin. Photo : Gabriel Côté

Je marchais hier matin sur la rue Saint-Joseph, quand soudain j’ai surpris une conversation pour le moins étonnante. 

Par Georges-Albert Beaudry

Un homme, qui portait un assez beau veston que je crois bien avoir déjà vu dans les allées du H&M, s’indignait de la bêtise du chef de Québec 21, Jean-François Gosselin. En particulier, il expliquait que le projet de métro-léger lui paraissait la chose la plus farfelue de la terre.

« C’est un cave, Gosselin, et il est entouré par des épais. Regarde le Duplessis deux minutes, le climato-sceptique là. Bel exemple de tata, si tu veux mon avis. Tsé, le projet de tramway est déjà tellement avancé, c’est juste niaiseux de proposer autre chose. Ça va nous faire perdre du temps. Et en plus, personne n’en veut de métro en haute-ville », dit l’homme au veston.

C’est merveilleux d’entendre, dans la rue, les gens répéter ce qu’ils entendent dire les politiciens d’un parti ou d’un autre. Pour moi, c’est de loin ce qu’il y a de plus douloureux dans une campagne électorale. En tout cas. 

 Son interlocuteur, qui portait une casquette possiblement achetée au Urban Outfitters, ne s’est pas fait attendre pour donner son avis, tout différent. Selon lui, Jean-François Gosselin est un sage, qui a proposé un projet de métro-léger par ruse. Surpris, j’ai tendu l’oreille pour mieux saisir ces propos peu communs, et je les ai soigneusement notés dans mon petit carnet. J’en ai toujours un avec moi, parce que je trouve que ça fait très « journaliste ». 

« Gosselin, je te jure qu’il ne pense pas réaliser son affaire de métro. C’est de la poudre aux yeux, juste pour que l’opposition au tramway soit totale. Son but, c’est seulement de faire dérailler le projet de tramway (*je vous jure que ce sont ses mots. Manifestement, j’avais devant moi un lecteur de journaux). Mais pour avoir l’air de mettre de l’avant quelque chose de positif, il a inventé un autre projet. C’est pas cave, c’est rusé, si tu veux mon avis », dit-il. 

Voilà une bien drôle de ruse, ne trouvez-vous pas ? Alors qu’il aurait pu capitaliser exclusivement sur un vote d’opposition au tramway, – environ la moitié de la population serait contre, ce n’est pas rien – il a décidé de proposer plutôt un autre projet, susceptible d’avoir des opposants même chez les « anti-tramway ». 

Mais ce n’est que mon avis. Et vous avez déjà lu ça ailleurs, de toute façon.

Publicité

Commentez sur "Une bien drôle de ruse"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.