Transition Québec croit que la sécurité routière est plus qu’une affaire de signalisation

Transition QuébecLa cheffe de Transition Québec, Jackie Smith, entourée de deux de ses candidats. Photo : Courtoisie

La candidate à la mairie, Jackie Smith, présentait ce matin la vision de son parti en matière de sécurité routière. 

La cheffe de Transition Québec déplore que l’administration Labeaume n’ait concentré ses efforts uniquement sur la signalisation et les limites de vitesse. À son avis, la sécurité des piétons est aussi une affaire d’aménagement. 

« Pour nous, c’est clair et net : la sécurité piétonne, il faut que ça dépasse les questions de panneaux et de peinture. Il faut aménager nos rues et nos intersections différemment. La 18e rue est un des meilleurs exemples de l’inaction de l’administration sortante dont faisait partie Mme Savard : ça fait des années que les parents sonnent l’alarme et que rien n’est fait », a affirmé Jackie Smith. 

La cheffe de Transition Québec a aussi expliqué qu’elle comptait profiter des travaux pour refaire les rues différemment, par exemple en élargissant les trottoirs, en posant des dos d’ânes, ou encore des traverses piétonnes surélevée.

Une vision « zéro accident » 

Le parti de Mme Smith prévoit donc adopter une approche préventive, et d’agir en amont pour sécuriser les déplacements à pied. 

« L’idée derrière la vision zéro accident est simple : c’est prévenir plutôt que guérir. Plutôt que d’attendre que des accidents arrivent, plutôt que d’attendre d’avoir prouvé la dangerosité d’une rue ou d’une intersection, on sécurise en amont les déplacements à pied. On part du principe qu’il faut d’abord protéger les usagers les plus vulnérables », a souligné le candidat de Transition Québec dans Saint-Louis-Sillery, Louis Charles Beaudoin-Lacroix. 

Publicité

Commentez sur "Transition Québec croit que la sécurité routière est plus qu’une affaire de signalisation"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.