«Winébago» : la folle vie de tournée de l’auteur Daniel L. Moisan

Daniel L. MoisanL'auteur, musicien et publicitaire Daniel L. Moisan (courtoisie Patrice Charest).

L’artiste multidisciplinaire Daniel L. Moisan, connu pour sa trilogie Lezardo Da Vinci, nous arrive avec une autofiction déjantée inspirée de sa vie de musicien en tournée: Winébago. Personnages plus grands que nature, folles péripéties et réflexions sur le monde du showbiz et des médias sont au menu dans cette œuvre de l’écrivain du quartier Saint-Sacrement.

Daniel Moisan porte les multiples chapeaux de leader du groupe musical Mosquito-B et d’artiste solo, d’auteur et de publicitaire. Il fraie également dans le monde des arts visuels.

Winébago nous entraîne dans l’univers d’un musicien appelé Daniel/Dan Moisan (comme l’auteur) qui se rappelle d’une tournée en Ontario pour le moins mémorable, en 2009, à bord d’un vieux winnebago. Le groupe The Mosquitoz (Dan et trois musiciens); la copine de la bassiste de la formation; Xavier, journaliste snobinard; et le chauffeur Gonzo, soucoupe volante sur deux pattes, prennent place dans ce véhicule bringuebalant. Et tout ce qui doit mal aller ira effectivement mal!

Le batteur granola Robin, la bassiste Sabine, une punk issue d’un milieu aisé, et le claviériste Sasha, une jeune homme à l’imposante libido, composent les Mosquitoz du bouquin avec Dan. Précisons que de nombreux personnages de l’œuvre sont loin de faire dans la rectitude politique!

Fiction versus réalité

Dans ce livre, comment séparer la fiction de la réalité? Pour l’auteur, les deux s’entremêlent et l’histoire se veut un mélange de plein de choses.

« L’événement a vraiment eu lieu (…). Une tournée à Niagara avait (viré) à la catastrophe, carrément, avec des promesses de salles remplies… Exactement comme ça, mais pas de la même façon », raconte Daniel L. Moisan, par visioconférence, le 27 septembre, en parlant du point de départ du roman.

« (Dans la réalité), il n’y a pas d’agent véreux qui sort avec une ex-danseuse (comme dans le livre). Et le band : j’ai créé un band fictif, qui est un mélange d’à peu près tout ce que j’ai connu en 20 ans de showbiz. Je tenais à ce que personne ne soit identifié ou quoi que ce soit. De toute façon, quand tu pars en tournée, tu t’arranges toujours pour avoir les musiciens les moins dissipés possible. T’aimes ça, une tournée plate. Quand tu fais une tournée, ce n’est pas pour écrire un roman. C’est pour faire un show et que ç’a aille bien », poursuit l’auteur.

« Quand je suis débarqué du winnebago, en 2009, je me suis dit : Un jour, je vais écrire un livre et ça va s’appeler Winébago. Et je vais raconter cette histoire de fou-là. »

Sans trop en révéler, l’histoire du roman commence alors que Dan tente sa chance à un grand concours de talent télévisé américain. Les souvenirs de 2009 lui reviendront à la mémoire. « Il y a deux ans, j’ai été faire les auditions à La Voix, spécialement pour savoir c’est quoi le feeling quand t’es devant les juges, quand t’es filmé, quand tu chantes », précise-t-il au sujet de ce passage du livre librement inspiré de son propre parcours.

« Chaque expérience est comme un peu fictive, mais c’est toute (sic) du déjà-vécu », dit-il. Certains personnages existent bel et bien sauf que Daniel L. Moisan les place dans des situations qui sont le fruit de son imagination.

« Ce qui semble le plus incroyable dans Winébago, c’est arrivé », renchérit l’écrivain!

Surmonter la page blanche

Sa série fantastico-historique Lezardo Da Vinci (publiée aux Éditions Sylvain Harvey) a connu un très bon succès. La trilogie a été traduite en espagnol et Daniel L. Moisan a même participé à la Foire internationale du livre de Guadalajara, au Mexique, en 2017.

Emballé, l’auteur devait ensuite participer à un autre événement littéraire à Mexico, il y a trois ans. La Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) lui avait même offert son aide, avant de subitement faire marche arrière, raconte-t-il. Cet épisode a profondément marqué Daniel, qui a ensuite souffert du syndrome de la page page.

« En trois ans, j’ai écrit 40 pages (…). Je n’étais plus capable d’écrire », dit-il au sujet de cette histoire et de ce passage à vide « angoissant ». « Je pensais que ma carrière était finie. »

Nouveaux livres en chantier

L’inspiration lui est revenue ce printemps. Il a non seulement rédigé Winébago, mais planche aussi sur le tome 4 de Lezardo Da Vinci. Il n’avait pas publié de livre depuis cinq ans.

Entre-temps, il a cessé sa collaboration avec son ancien éditeur et a publié Winébago à compte d’auteur, un roman qui lui a procuré beaucoup de plaisir à écrire. Il en a d’ailleurs complété les 20 derniers chapitres en trois mois, raconte-t-il.

Daniel rédige actuellement le deuxième tome de Winébago baptisé Mind the Gap ou La tournée anglaise. Celui-ci devrait voir le jour en 2022 « Je vais me servir de mes six tournées et de mes huit voyages en Angleterre », dit-il au sujet de ses sources d’inspiration.

Musique

Comme musicien, Daniel L. Moisan lancera bientôt un nouveau simple intitulé Perdu sous son propre nom. On retrouvera cette pièce sur un mini-album « en français québécois » baptisé C’est ça, dont la sortie reste encore à déterminer sur étiquette J Smile Records.

Trois pièces anglophones de Mosquito-B, que l’artiste trouvait « trop folk » et qui n’ont pas vu le jour sur un album, ont été traduites et se retrouveront notamment sur ce EP, explique l’artiste.

Par la suite, du nouveau matériel de Mosquito-B devrait éventuellement voir le jour.

On peut se procurer un exemplaire dédicacé de Winébago (livré par la poste) par l’entremise du site internet consacré à ce roman.

Daniel L. Moisan
Winébago, le nouveau roman de Daniel L. Moisan (courtoisie).

Publicité

Commentez sur "«Winébago» : la folle vie de tournée de l’auteur Daniel L. Moisan"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.