Les engagements de Marie-Josée Savard

L'Équipe Marie-Josée Savard au parc Girardin à Beauport. Crédit photo : Sophie Williamson.

Marie-Josée Savard, accompagnée de son équipe, annonçait aujourd’hui ses engagements de proximité pour les 21 circonscriptions et réagissait aux propositions de Jean-François Gosselin et de Bruno Marchand concernant le transport en commun à Québec.

Des engagements concrets

La liste compte plus de 120 engagements qui incluent chacun des quartiers de la ville de Québec. En voici quelques-uns parmi ceux mentionnés aujourd’hui par Marie-Josée Savard :

  • intensifier les actions pour améliorer de la qualité de l’air dans l’arrondissement La Cité-Limoilou
  • acquérir l’église Saint-Jean-Baptiste dans Cap-aux-Diamants
  • réaliser le projet pour le parc Chauveau dans l’arrondissement des Rivières
  • aller de l’avant avec le plan de verdissement et de déminéralisation pour le quartier Vanier
  • redynamiser le boulevard Masson pour le district Des Saules
  • augmenter l’offre de loisirs dans l’arrondissement de Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge
  • améliorer la mobilité active pour l’arrondissement de Beauport
  • intensifier la vocation commerciale du boulevard Pie-XI dans le district de Val-Bélair

« Mes collègues seront actifs dans les prochaines semaines pour vous faire connaître ces engagements et soyez assurés qu’ils seront tout autant présents sur le terrain si nous avons votre appui après le 7 novembre prochain », assure Marie-Josée Savard.

En continuité avec l’administration Labeaume

Plusieurs des projets qu’a annoncé l’aspirante mairesse ont déjà été annoncés par l’administration Labeaume ou sont déjà en cours de réalisation. Ils ne sont donc pas des nouveaux engagements pris par l’Équipe Savard, mais des poursuites du travail de l’administration actuelle.

On compte parmi ceux-ci la réalisation du prolongement de la montée Mendel dans le district La Pointe-de-Sainte-Foy, la planification de la future piscine municipale de Cap-Rouge et celle de la revitalisation des terrains d’Hydro-Québec le long de la 41e Rue dans l’arrondissement Charlesbourg.

« Je vous dirais que c’est ça la force de nos engagements, explique l’aspirante à la mairie, on s’est appuyé sur des choses réalistes et réalisables. On croit à toutes ces actions et aux visions qu’on s’est données. »

À savoir si elle entend rivaliser avec Bruno Marchand qui depuis le lancement de sa campagne insiste sur la proximité de son parti et sur la « renaissance des quartiers », Marie-Josée Savard répond qu’un « gouvernement municipal, c’est un gouvernement de proximité ».

« C’est difficile d’aller ailleurs, explique-t-elle, je ne pense pas qu’on réinvente la roue, on répond aux citoyens qu’on représente. »

Réaction de la cheffe aux propositions de Bruno Marchand

Par rapport aux annonces faites par le chef de Québec Forte et Fière concernant les 10 modifications pour le projet du tramway, l’aspirante mairesse soutient que le projet actuel est bien ficelé. Elle affirme qu’elle a aussi de la difficulté à croire que tous les points mentionnés par Bruno Marchand n’ont pas déjà été évalués.

« Le projet qu’on a sur la table c’est le meilleur projet, assure-t-elle, encore une fois on peux-tu avancer et arrêter de remettre les choses en question. »

On sent toutefois que les citoyens manquent d’informations sur le terrain concernant le projet du tramway, notamment par rapport à son tracé ou à l’abattage des arbres. « Il y a des choses sûrement qui pourront être discutées avec les citoyens tout au long de l’intégration du projet, mais je crois au projet et c’est le meilleur », maintient l’aspirante à la mairie.

En réponse à l’engagement de Bruno Marchand de planter 20 arbres à chaque fois qu’un arbre est abattu, Marie-Josée Savard est sans équivoque. Elle estime que cela « n’est pas faisable ».

Bruno Marchand ouvrait aussi la porte aujourd’hui à une taxe spéciale pour la valeur supplémentaire des propriétés le long du tracé pour le tramway .

« On appelle ça une captation foncière et nous ce n’est pas sur la table et ça ne sera jamais sur la table, explique Marie-Josée Savard, en plus on favorise la gentrification en faisant ça, je ne sais pas si Monsieur Marchand le réalise, mais on donne moins accès à la propriété. » 

« On doit avancer, arrêter de reculer de deux ans en arrière et c’est pas vrai qu’on peut avancer en proposant des modifications comme le propose Bruno Marchand, de ce que j’ai pris connaissance », poursuit-elle avec prudence.

« Je ne veux pas défaire les rêves de Monsieur Gosselin »

Marie-Josée Savard répète en réponse à la sortie de Jean-François Gosselin d’hier concernant un transfert automatique du financement pour le projet VALSE que « le projet du tramway est bien ficelé, que le gouvernement l’a appuyé et que le financement est là ».

Remarquons aujourd’hui un adoucissement du ton de la dauphine de Labeaume et une prudence lorsqu’elle répond à ses adversaires, ce qui n’avait pas été tout à fait le cas vendredi dernier.

Lorsqu’elle a été questionné par rapport à son opinion sur le 3e lien et la proposition d’en faire un lien uniquement pour le transport en commun, elle a toutefois affirmé « ne pas être comme Monsieur Rousseau » avec un sourire en coin, soutenue par un rire franc provenant de ses candidats.

« Ça va me faire plaisir de prendre connaissance du projet du gouvernement lorsqu’il sera développé », s’est-elle contentée de conclure.

Publicité

Commentez sur "Les engagements de Marie-Josée Savard"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.