De la mer à l’assiette

les mordusEmmanuelle Villa, propriétaire de la Brasserie du coin - Les Mordus. (Photo : Mélissa Gaudreault)

Emmanuelle Villa est propriétaire de la Brasserie du coin – Les Mordus située au 57, rue Saint-Anne dans le Vieux-Québec. Pour ceux qui ne connaissent pas le restaurant, c’est l’endroit à aller pour les amateurs de poisson et de fruits de mer.

Par Mélissa Gaudreault

Le restaurant se trouve dans le même bâtiment que l’Hôtel Clarendon, qui a brûlé il y a quelques années. Tenu auparavant par l’équipe de l’hôtel, la gestion a été reprise par la propriétaire actuelle et deux autres personnes (Martine Plante et Jacques Gauthier) qui aimaient beaucoup l’emplacement. La clientèle de la brasserie est composée des clients de l’hôtel mais aussi des touristes et des résidents de Québec.

Elle a ouvert en décembre 2019 et l’hôtel a rouvert en janvier 2020 après l’incendie.

C’est Jacques Gauthier, fondateur et ancien gérant du groupe Restos plaisirs, qui a vendu ses parts et qui voulait ouvrir un nouveau concept de restaurant. Il a proposé l’idée à Martine Plante et Emmanuelle Villa qui travaillaient pour le groupe pour se lancer dans ce nouveau projet.

Le défi était de trouver une idée qui ne faisait pas concurrence aux autres restaurants de Restos plaisirs. L’idée de restaurant de la mer est venue de la proximité avec le fleuve.

Le restaurant a été fermé pendant une longue période en raison de la pandémie, ce qui a poussé les deux autres co-propirétaires à se retirer du projet.

Brasserie du coin – Les Mordus

Le nom et le concept du restaurant n’ont pas été choisis par hasard ; il y a toute une histoire intéressante et drôle derrière l’idée.

« On voulait faire comme les brasseries françaises, [le terme brasserie désignant un type de restaurant], où il y a des longues banquettes, où les plafonds sont hauts, il y a des miroirs, un éclairage assez lumineux. Toutes nos couleurs, tout a été choisi pour que ça reflète l’univers marin. Ça s’appelle Brasserie du coin parce qu’on est sur le coin de la rue et pour que les gens du coin soient interpellés. » – Emmanuelle Villa

Le terme Les Mordus réfèrent à la passion des créateurs du restaurant pour la cuisine mais il peut aussi faire penser au poisson qui mord à l’hameçon.

On remarque tout de suite la passion de la propriétaire en lui parlant ; elle a décidé de travailler en hôtellerie et en restauration parce qu’elle aimait le contact avec les gens, la cuisine, parler plusieurs langues. Elle a même suivi plusieurs formations sur différentes facettes de la cuisine afin de pouvoir mieux répondre aux clients et pour peut-être un jour enseigner.

Le menu offert est principalement axé sur le poisson et les fruits, mais comprends également plusieurs plats diverses qui plairont à tous (ex.: pâtes, viande, légumes, etc.).

L’offre de produits de la mer est assez variée, mais on pourrait dire que les produits vedettes sont le fish and chips, les calamars et la chaudrée. Le menu change selon les disponibilités des produits et est différent à l’été et à l’hiver.

Le restaurant a trouvé une façon de pallier à la hausse des coûts liés à l’industrie de la pêche.

« On a décidé depuis un an et demi de faire partie d’un regroupement d’achat, donc ça nous aide pour nos coûts. C’est un regroupement qui s’appelle QSP qui comprends 87 restaurants de la Ville de Québec qui se sont mis ensemble pour avoir un pouvoir d’achat, de pouvoir négocier des meilleurs prix. Faire partie de ce regroupement là, ça me permet de réduire mes coûts parce que je réussi à avoir un produit au bon prix. » – Emmanuelle Villa

Commentez sur "De la mer à l’assiette"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.