Tramway dans Limoilou : Marchand clarifie le processus

tramwayUn terrain à l'orée du pont Drouin où les travaux sont au point mort depuis plusieurs semaines. Photo : Sophie Williamson

Alors que de possibles expropriations dues à l’arrivée du tramway sèment de l’inquiétude dans le Vieux-Limoilou, le maire de Québec a tenu à clarifier le processus et les intentions de la Ville dans ce genre de dossier, en marge d’un point de presse mercredi après-midi.

Par Gabriel Côté

À la question de savoir si l’on doit bel et bien s’attendre prochainement à des expropriations sur la 4e rue dans la foulée de l’implantation du tramway, Bruno Marchand s’est d’abord excusé de devoir « donner des généralités » parce que « chaque cas se traite de façon unique ». Puis il a expliqué la manière de faire habituelle de la Ville. 

« L’intention de la ville, quand on a besoin d’aller accéder à de nouveaux espaces dans les rues, c’est d’avoir une entente de gré à gré. Notre but dans toutes les actions qu’on pose, c’est de s’entendre avec les propriétaires pour récupérer de petites parcelles de terrain, – la plupart du temps c’est des petites parcelles de terrain – et d’avoir une entente entre les deux parties (…). Mais ce n’est pas toujours possible, et lorsque c’est impossible, il arrive, ou il pourrait arriver qu’il y ait des expropriations. Présentement, je n’ai pas de données à vous donner à ce sujet-là, c’est un travail qui se fait en continu. S’il y a des expropriations, on va devoirs les amener au conseil, donc on va vous les présenter en temps et lieu, en fonction des ententes qui n’auront pas pu être prises avec ces propriétaires-là. »

Le maire maintient qu’il ne souhaite pas « cacher des choses », mais que le processus suit naturellement son cours. « Il y a beaucoup de contrats de gré à gré qui ont été signés », a-t-il insisté. « Maintenant, les choses évoluent, et s’il faut aller vers des expropriations, on va vous le communiquer, ça c’est sûr. »

À propos de la 4e rue spécifiquement, M. Marchand a fait valoir qu’il « ne connaît pas les dossiers particuliers », avant de rappeler son objectif de « travailler de concert avec les citoyens ». 

« Il y a une façon de s’entendre, a-t-il dit, il y a une façon de discuter pour faire en sorte qu’on puisse y avoir un projet collectif qui puisse passer dans les lieux les plus pertinents, – comme ça a été jugé dans ce cas-ci – et on a besoin de la collaboration des citoyens. En même temps, on ne leur demande pas l’aumône, il y a une entente qui se fait, et dans beaucoup de cas, cette entente-là se passe très bien », a-t-il conclu. 

L’opposition réagit

Pour sa part, le chef de l’opposition officielle à la Ville de Québec, Claude Villeneuve, a déclaré qu’il espère que le maire donne l’heure juste aux citoyens quand il fera l’état des lieux du projet de tramway d’ici la fin du mois de janvier.

« Il y a toujours des inquiétudes en amont quand il est question d’expropriations, tant et aussi longtemps qu’on ne sait pas à quoi s’en tenir. Maintenant, il faut rappeler que la ville dispose d’un pouvoir d’expropriation, et qu’elle est parfois obligé d’y recourir pour bien se développer. Dans le secteur concerné, c’était déjà évident lors des consultations au printemps dernier, qu’il allait se passer des choses dans ce coin-là, avec le Esso et la plomberie Ben Huot. J’espère que l’état des lieux que fera bientôt le maire sera l’occasion d’avoir l’heure juste dans ce dossier, non seulement en ce qui concerne la 4e Rue, mais aussi pour le secteur de Maizerets, où plusieurs citoyens se posent beaucoup de questions », a-t-il expliqué.

Pour la conseillère municipale de Limoilou, Jackie Smith, l’administration de M. Marchand devrait faire preuve de plus de transparence dans le dossier du tramway.

« C’était une promesse électorale de M. Marchand. Je crois que c’est vraiment important d’être transparent lorsqu’il est question d’expropriations, pour tout le monde, mais surtout pour ceux qui sont sur la glace et qui attendent des décisions. En ce moment, la spéculation causée par le manque de transparence de l’administration nuit à l’acceptabilité sociale du projet », a lancé Mme Smith.

Publicité

Commentez sur "Tramway dans Limoilou : Marchand clarifie le processus"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.