La pollution lumineuse : Un enjeu électoral oublié?

Chronique astronomie

Je profite de cette campagne électorale municipale pour informer et sensibiliser  sur la problématique de la pollution lumineuse. Je suis citoyen de la ville de Québec depuis plus de 25 ans et j’observe le ciel étoilé  chaque semaine.

Je constate une augmentation importante des niveaux d’éclairement  dans plusieurs secteurs de la ville de Québec. Aussi bien pour le secteur commercial et résidentiel. Selon les images de satellites, la ville de Québec et ses environs émettraient autant de pollution lumineuse que de grandes villes canadiennes et américaines. Les nombreux projets immobiliers et l’étalement urbain ont favorisé cette problématique  autour de la ville de Québec.  

La ville de Québec est devenue une «ville lumière»

Dans un passé pas si lointain, on pouvait faire de l’observation en ville sur des terrains vacants. On peut constater depuis quelques années le peu terrains vacants dans la région. Beaucoup de nouveaux projets immobiliers ont été construits pour répondre à l’augmentation de la population de la ville et de ses banlieues.  La campagne électorale est une période propice  pour établir de nouvelles normes pour la pollution lumineuse pour la ville de Québec. 

Il n’est pas rare lors de mes soirées d’observations de rencontrer des gens de la région qui n’ont jamais vu une aurore boréale ou la voie lactée. Il est urgent d’agir ! Sinon, ce sont les générations futures qui seront privées de contact privilégié avec le ciel étoilé. Les conséquences de la pollution lumineuse se font aussi sentir sur les animaux et sur notre surconsommation en électricité.

Éclairons doucement la nuit pour en préserver toute la beauté!

À travers le monde, l’usage abusif et inefficace de l’éclairage nocturne cause d’importantes pertes d’énergie. En Amérique du Nord, le coût de l’énergie gaspillée à éclairer le ciel s’élève chaque année à près d’un milliard de dollars.

Il existe des solutions :

Utiliser seulement la quantité de lumière qui suffit aux besoins du lieu et de l’heure : Les aires de stationnement, les stations-service et les concessionnaires automobiles utilisent souvent un niveau éclairage qui permet d’éclairer pas seulement leur terrain privé, mais tout un quartier. Utilisation de système de minuterie et de détecteurs  de mouvement serait utile et permettrait d’importantes économies aux commerçants.

Réaligner de façon adéquate les luminaires : qui éclaire trop souvent le ciel. Quant aux lampadaires eux-mêmes, lors de leur remplacement, on peut en installer avec un système de contrôle.

– Diminuer  la pollution lumineuse, c’est tout simplement mieux éclairer. Choisir des luminaires qui produisent un éclairage dont l’intensité lumineuse n’est pas excessive.

Identifier les zones stratégiques à protéger : Ils a quelques observatoires autour de la région. Une réglementation près de ces lieux privilégiés d’observation  serait un bon point de départ pour lutter contre la pollution lumineuse.

Depuis quelques années, plusieurs municipalités au Québec ont commencé à établir de nouvelles normes.  Il serait intéressant que nos candidats à la mairie se prononcent  sur cette problématique.

L’astronomie vous intéresse?

Un cours d’astronomie  pour débutants sera donné cet automne  par un spécialiste qui vous donnera des connaissances de base pour bien débuter en astronomie. Il n’est pas nécessaire d’avoir des connaissances scientifiques  pour participer à cette formation.   Un incontournable pour tout astronome amateur. 

Début des cours : octobre 2021

Coût : 175$ (150$ lecteurs du journal le carrefour)

Durée : 2 mois

Contenu : Selon vos disponibilités, il vous sera possible de participer activités et soirée observations en petit groupe en respect avec les mesures sanitaires.

Pour info et inscription : Éric Gagnon (418) 914-1546

Commentez sur "La pollution lumineuse : Un enjeu électoral oublié?"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.