Un premier projet dans Limoilou pour Québec Nova Murale

nova muraleLe mur de l'édifice occupé par l'organisme Relais La Chaumine est l'un de ceux où l'on verra apparaître une murale, dans le cadre du projet de Québec Nova Murale. Crédit photo: Jean Cazes

Un nouveau projet, Limoilou Murales, fera émerger de nouvelles murales dans Limoilou en 2021-2022. Québec Nova Murale, un organisme à but non lucratif récemment fondé, a réuni les fonds pour la réalisation de cinq murales, en deux phases.

Collaboration spéciale, Suzie Genest, monQuartier

Québec Nova Murale, c’est un trio de personnes aux parcours complémentaires. Marie-Pier Boucher provient du milieu communautaire, notamment des maisons de jeunes. Fabien Méné, d’origine française, a étudié les arts puis travaillé dans le domaine de la construction. Artiste du graffiti, Carl Audet, alias Bird2, a signé quelques projets avec des organismes. Leur projet a pris forme dans la dernière année.

Deux artistes canadiens prendront part à la première phase de Limoilou Murales, inspirée du thème large de la santé mentale. L’un d’eux, Dom Laporte, d’Ottawa, s’exécutera du 1er au 5 septembre, sur un mur du chemin de la Canardière.

« On lui a vraiment donné carte blanche, il a beaucoup axé [son concept] sur l’importance de la nature pour prendre soin de la santé mentale. C’est vraiment un beau croquis coloré, aux couleurs riches, et il y a un petit clin d’œil à l’histoire du quartier Limoilou. »

Lundi, Québec Nova Murale a révélé, dans un clip vidéo sur sa page Facebook, l’emplacement du mur à surveiller.

« S’imprégner de la réalité des gens »

Le second artiste, Emmanuel Jarus, travaillera sur le mur du Relais La Chaumine. En plus de son mur qui a séduit le trio derrière Québec Nova Murale, la mission de l’organisme fait écho à la thématique du projet. Il offre aux personnes vivant avec un problème de santé mentale des services et activités ainsi qu’un accompagnement pour leur intégration sociale.

L’artiste et les personnes qui fréquentent le Relais La Chaumine se sont rencontrés déjà grâce à Zoom, mais ont dû attendre pour travailler ensemble en personne.

« C’est un artiste qui est très connu dans le monde, il fait beaucoup de réalisme. C’est justement sa recette, de s’imprégner de la réalité des gens, de l’organisme, du quartier où il travaille », mentionne Marie-Pier Boucher.

Les ateliers en personne auront lieu en septembre. Selon l’échéancier de travail, il faudra peut-être attendre au printemps pour voir jaillir la murale.

Ce type de démarche impliquant organisme et citoyens rejoint la volonté de l’organisme porté par Marie-Pier Boucher et ses comparses. Ils comptent continuer à intégrer la médiation culturelle à leurs projets.

Trois murales par des femmes de Québec

La seconde phase du projet se traduira par trois murales signées par des femmes artistes de Québec. Elles prendront place sur des propriétés privées. Le trio avait déjà entrepris des démarches auprès de propriétaires et plusieurs s’étaient montrés intéressés. La sélection finale des murs et des artistes pour la seconde phase n’est pas faite. Selon toute vraisemblance, c’est à la rentrée automnale 2022 que se feront ces trois murales.

Outre un programme issu de l’entente intervenue entre la Ville de Québec et le ministère de la Culture et des Communications, le projet de Québec Nova Murale bénéficie d’un appui financier de la Caisse Desjardins de Limoilou. L’organisme a aussi eu de la chance : un stagiaire résidant en France a réalisé, à distance, tout le visuel et les outils pour la promotion du projet.

On peut suivre Québec Nova Murale et l’évolution de son projet sur sa page Facebooket sur Instagram.

Publicité

Commentez sur "Un premier projet dans Limoilou pour Québec Nova Murale"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.