Élections fédérales 2021 : Ann Gingras du Parti libéral

Photo courtoisie : Équipe du Parti libéral du Canada.

Dans le cadre des élections fédérales déclenchées ce dimanche, nous vous proposons un portait des quatre candidats du comté de Beauport-Limoilou ainsi qu’une présentation des enjeux politiques.

Aujourd’hui, voici le portrait d’Ann Gingras, candidate du Parti libéral du Canada et ancienne présidente du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN).

La politique fédérale : un virage à 180 degrés

« Tout le temps que j’étais impliquée socialement et syndicalement, explique Ann Gingras, j’ai toujours refusé de faire de la politique partisane. »

Elle ajoute qu’elle a travaillé avec le gouvernement de Justin Trudeau depuis 2015 et l’a aussi dénoncé, entre autres dans le dossier de la Davie. « J’ai découvert un gouvernement à l’écoute, ce que je n’avais pas vu depuis que je milite à la CSN », affirme-t-elle.

La candidate libérale mentionne aussi l’aide aux travailleurs qui a été mise en place au début de la pandémie par le gouvernement. « Je trouvais que c’était un gouvernement proche du monde, affirme-t-elle, quand on a sollicité ma candidature, après réflexion, j’ai choisi de me lancer. »

Elle fait savoir qu’elle trouve stimulants les changements qui s’opèrent, notamment la réforme au niveau de l’assurance emploi « pour s’ajuster aux besoins ». « On a pas ajuster les besoins des travailleurs au régime, on a ajuster le régime aux besoins des travailleurs », poursuit-elle.

Ann Gingras revendique sur la scène syndicale depuis 32 ans et estime qu’il était temps qu’elle fasse « partie concrètement du changement ».

« Une volonté de vouloir corriger »

Par rapport au dossier de la Davie, la candidate libérale explique que l’écoute du Parti libéral et la mise en place d’une stratégie maritime « représente un gain énorme pour les travailleurs de la Davie et de la région ».

« Je trouve que le Parti libéral du Canada de 2021 ne ressemble pas du tout au parti il y a 20 ou 30 ans, suggère Ann Gingras, je trouve qu’il y a une ouverture. » 

Elle raconte qu’au moment du confinement en mars 2020, elle a reçu un appel du chef de cabinet de Jean-Yves Duclos pour connaitre les besoins des travailleurs. « Depuis que j’étais dans la CSN, affirme-t-elle, je n’avais jamais été interpellé par un gouvernement ».

« La politique d’aide qui a été annoncée par la suite répondait en tout point à ce qu’on avait vu comme besoin sur le terrain » ajoute-t-elle.

Ann Gingras explique qu’elle a senti « une proximité, une préoccupation et une empathie » du gouvernement envers les citoyens.

Elle affirme qu’elle entend les critiques sur les élections. « Ça ma toujours énervé les gens qui mettent des signes de dollars sur la démocratie, suggère-t-elle, car en bout de ligne, une élection est le fondement même d’une démocratie. » 

La candidate trouve donc que « c’est une bonne affaire », puisque les élections permettront de faire appel à la population et de savoir si les politiques d’aide ont répondu aux besoins. 

Quatre préoccupations

Selon Ann Gingras, quatre enjeux principaux émergent de ses discussions avec les gens de la circonscription de Beauport-Limoilou. Les logements abordables sont pour elle une priorité. « Je trouve qu’on va devoir faire appel à la stratégie de logement national qui a été élaborée par Jean-Yves Duclos », affirme-t-elle.

L’autre dossier est celui des garderies et la député libérale réfère à l’entente qui a été conclue la semaine dernière et qui a été la raison principale de la visite de la ministre Chrystia Freeland plus tôt cette semaine.

Le troisième enjeu est celui du troisième lien. « Il y a vraiment une inquiétude de la part des gens de Limoilou, explique Ann Gingras, et elle va de pair avec la quatrième préoccupation qui concerne l’environnement. » 

C’est une de ses motivations pour que « la relance économique d’après la pandémie soit verte ».

Par rapport au Port de Québec, la candidate libérale affirme que « la porte a été fermé au niveau du projet Laurentia ». « Ce qui est important pour moi, c’est oui les études de la santé publique et de l’environnement, mais c’est toute la question de l’acceptabilité sociale. C’est une priorité, parce qu’il y avait vraiment un mécontentement à l’égard du projet. »

Bref portrait personnel du candidat

Quelle est votre rue ou coin préféré dans votre comté?

« J’aime beaucoup la nouvelle place limoiloise. Ça bourdonne d’activités et c’est un lieu de rencontre exceptionnel pour que les gens puissent se retrouver collectivement. Je trouve cet endroit chaleureux. »

Quel est votre café ou votre restaurant préféré ? 

« Il y a bien des endroits que j’aime beaucoup. Il y a le Miyagi, La Salsa et beaucoup d’autres, mais je ne veux pas que les gens se sentent frustrés parce que je ne les nomme pas. »

Plus encore…

« J’ai toujours été une femme de terrain et j’ai toujours eu une proximité avec les gens que je représentais. Ce que je veux, c’est être présente. Je veux connaître ce que les citoyens vivent, ce qu’ils souhaitent. Je veux porter la voix de Beauport-Limoilou à Ottawa et non l’inverse. »

Publicité

Commentez sur "Élections fédérales 2021 : Ann Gingras du Parti libéral"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.