La Ville dévoile la version finale de sa vision pour le pôle urbain Wilfrid-Hamel–Laurentienne

Un rendu de la rue Fleur-de-Lys, direction nordUn rendu de la rue Fleur-de-Lys, direction nord, dans le cadre de la Vision d’aménagement pour le pôle urbain Wilfrid-Hamel–Laurentienne. llustration : Ville de Québec

La Ville de Québec a présenté la version finale de sa Vision d’aménagement pour le pôle urbain Wilfrid-Hamel–Laurentienne afin de valoriser le paysage d’entrée de la ville et dynamiser le secteur. Celle-ci, présentée mardi, comprend notamment une densification résidentielle et du verdissement.

« Avec l’arrivée du réseau de transport structurant, la Ville a saisi l’occasion pour repenser le développement de certains secteurs stratégiques et a proposé d’élaborer des visions d’aménagement. J’aime notre vision d’aménagement pour le pôle urbain Wilfrid-Hamel–Laurentienne, que nous vous dévoilons aujourd’hui. Cette vision offre une base solide et optimale pour amorcer la transformation du secteur. Elle permettra la réalisation d’un développement cohérent et améliorera la qualité de vie des gens qui habitent ou fréquentent ce secteur », a dit le maire Régis Labeaume, en conférence de presse, le 29 juin.

« La diversification des usages et la densification résidentielle sur les sites stratégiques et le long des artères, comme le boulevard Wilfrid-Hamel, sont souhaitées par la construction de nouvelles habitations de types variés. La Ville tient à profiter des projets émergents de promoteurs privés afin de se doter d’une vision lui permettant de mieux encadrer le développement et le réaménagement du secteur », a indiqué la municipalité dans un communiqué.

Parc Victoria

Au cœur de la Vision : la transformation de l’autoroute Laurentienne en boulevard urbain, qui relève des compétences provinciales.

« Le boulevard urbain doit être créé par le ministère des Transports. Nous, ce qui est important de savoir, c’est qu’ils soient d’accord, première chose. Deuxième chose, que la configuration actuelle demeure (…). On va s’entendre sur les grandes lignes et on va être capables de garantir aux promoteurs que le résidentiel sera vivable là-bas », a dit Régis Labeaume.

La Vision prévoit notamment des améliorations aux « entrées de la ville », comme sur la rue Lee ou dans le quartier Saint-Roch, grâce à de la construction et du verdissement.

La Ville prévoit aussi créer une ouverture sur le parc Victoria. Celui-ci devrait d’ailleurs être agrandi après le déménagement de l’actuelle centrale de police. Des espaces de détente et de l’agriculture urbaine y seront ajoutés. Selon la municipalité, «l’agrandissement du parc Victoria représente à lui seul une augmentation de 1 % de la canopée pour le quartier de Saint-Roch ».

Le secteur de place Fleur de Lys devrait aussi connaître d’importants changements. Des logements devraient être construits sur la rue Fleur-de-Lys et la rue Monseigneur-Plessis, vers le nord. Rappelons que Trudel Alliance, propriétaire du centre commercial, a souligné les débuts officiels de la métamorphose du site en grandes pompes le 28 juin, veille de la présentation de la Ville.

La rue Pointe-aux-Lièvres (vers le nord), le boulevard Wilfrid-Hamel Ouest et le secteur ouest de la rivière Saint-Charles sont aussi ciblés par cette nouvelle Vision.

Logements

Quelque 5000 logements pourraient être construits dans les secteurs ciblés, si l’on tient compte de ceux qui seront bâtis sur le site de Fleur de Lys, selon Marie-Josée Savard, vice-présidente du comité exécutif responsable de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme.

Quels types d’habitations y seront construits? Verra-t-on des logements sociaux être érigés dans ce secteur? Rappelons que le maire Labeaume a récemment dénoncé le manque de nouveaux logements sociaux disponibles par le programme AccèsLogis du gouvernement du Québec.

« On souhaite une mixité. Si le logement social est possible, c’est certain qu’on va en intégrer. On sait même que certains promoteurs ont peut-être de l’intérêt pour ça présentement. On parlait d’une possibilité (de projets) de plus faible densité, mais aussi d’une densité de six étages. On peut parler de condos. On peut parler de logements locatifs. Je pense que tout est possible », a répondu Mme Savard au Carrefour.

« Du logement social, il va y en avoir (…). On tente de diminuer les chances de gentrification des quartiers, mais vous comprenez que prévoir des logements sociaux, actuellement, avec la réserve qui est vide, ça nous embête un peu », a enchaîné M. Labeaume.

Verdissement

La municipalité compte accroître le verdissement dans le secteur. Elle vise ainsi la création d’une trame verte, soit la mise en réseau des grands parcs; le verdissement prioritaire des axes piétonniers ainsi que la création de nouveaux parcs et espaces publics.

La Vision permettrait aussi de réaliser des gains en matière de canopée dans ces quartiers :

  • Saint-Roch : cible 15 % (+ 3%);
  • Vieux-Limoilou et Vanier : cible 25% (+ 12%);
  • Lairet: cible 25% (+ 7%).

Coûts

En conférence de presse, Marie-Josée Savard n’a pas voulu chiffrer les coûts qui seront liés à Vision d’aménagement pour le pôle urbain Wilfrid-Hamel–Laurentienne de la Ville de Québec.

La municipalité n’entend pas offrir d’incitatifs (fiscaux, subventions ou autres) pour attirer les promoteurs dans le secteur, a-t-elle indiqué à l’auteure de ces lignes.

« L’incitatif, c’est ce qu’on vous présente aujourd’hui, c’est-à-dire la vision avec le possibilité de faire autre chose que du commercial sur le boulevard Hamel (…). L’incitatif qu’on met sur la table aujourd’hui, c’est de dire aux promoteurs: on a une vision pour ce secteur et les usages peuvent être vraiment très intéressants, une requalification du secteur (…). Il y a déjà de l’appétit. Je ne vous le cacherai pas… Déjà, depuis qu’on a lancé ce processus-là, on sent l’appétit de certains propriétaires actuels », a répondu Mme Savard au Carrefour.

PPU

Pour la mise en œuvre de ses différentes visions d’aménagement, la Ville veut adopter un cadre normatif adapté à l’évolution des quartiers et des projets de développement. Pour ce faire, elle choisit les programmes particuliers d’urbanisme (PPU) comme outil réglementaire.

« Un PPU allégé pourrait présenter les principales normes stratégiques et essentielles à la mise en œuvre de la Vision, comme les usages et les hauteurs. Les autres normes non mentionnées dans les PPU comme l’aire verte, les marges, l’affichage et les aménagements extérieurs seraient régies par la réglementation sur l’urbanisme (modifications de zonage simples) », précise la municipalité.

«Nous sommes conscients que le territoire du pôle urbain Wilfrid-Hamel–Laurentienne est appelé à connaître d’importantes transformations au cours des prochaines années et qu’il est difficile d’anticiper de façon précise la forme exacte que prendront les projets immobiliers à venir. Il est donc souhaité d’assurer un encadrement du développement à la fois suffisant pour l’orienter, tout en demeurant assez souple pour réaliser des ajustements dans le temps», a précisé Marie-Josée Savard, lors du point de presse.

Consultations

La Ville a lancé une démarche de participation publique en février 2019 et une version préliminaire de la Vision a été présentée en octobre 2020. Les citoyens ont pu se prononcer « afin de pousser plus loin la réflexion », au dire de M. Labeaume. La version finale a été bonifiée afin de tenir compte de leurs commentaires.

Quelques ajustements sont apportés dans la version finale de la Vision d’aménagement pour le pôle urbain Wilfrid-Hamel–Laurentienne, dont les suivants :

  • « préciser l’offre résidentielle souhaitée afin de répondre à des besoins variés : types de constructions à privilégier (formes et types de logements); développement résidentiel selon les principes énoncés dans la Vision de l’habitation, incluant l’offre de logements abordables; offre adaptée aux familles (entrée indépendante aux logements, façade en retrait de la rue, espaces extérieurs appropriables, proximité des services répondant à leurs besoins, etc.);
  • détailler les hauteurs permises et les règles pour baliser la construction de plus grande hauteur afin de maintenir des composantes à l’échelle humaine le long des rues et des espaces publics, tout en assurant un développement équilibré sur l’ensemble du territoire;
  • préciser le développement souhaité pour le secteur compris au sud du boulevard Wilfrid-Hamel afin d’intégrer une nouvelle offre résidentielle variée et de désenclaver les abords de la rivière pour en faciliter l’accès pour tous; en plus de soutenir la mise en place du transport en commun, diminuer les exigences quant au nombre minimal de places de stationnement;
  • ajouter des axes de déplacements actifs pour reconnecter les quartiers;
  • ajouter de nombreuses illustrations permettant de mieux visualiser les intentions pour le développement des sites stratégiques et l’aménagement des espaces publics connexes ».

Les détails concernant la Vision d’aménagement pour le pôle urbain Wilfrid-Hamel–Laurentienne sont accessibles sur le site web de la Ville de Québec.

Publicité

Commentez sur "La Ville dévoile la version finale de sa vision pour le pôle urbain Wilfrid-Hamel–Laurentienne"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.