Une entreprise de Québec veille à la sécurité des pêcheurs

GHGES Solutions Marines

Québec — L’entreprise GHGES Solutions Marines vient de recevoir une somme de 60 000$ de la part du Fonds des pêches du Québec pour adapter son système Marentrack à l’industrie halieutique. Ce projet fait partie des 13 initiatives appuyées par le Fonds pour améliorer la durabilité et la productivité du secteur du poisson et des fruits de mer. 

Marentrack est un nouveau système de surveillance et d’analyse à distance des installations mécaniques sur un navire. Il s’agit du seul outil du genre qui soit si élaboré au Canada, et il a été conçu ici même dans la ville de Québec. Une entreprise gaspésienne qui oeuvre sur les chantiers maritimes, C & P Marine, s’occupe pour sa part de l’installation des appareils.

Déjà implanté sur plusieurs vaisseaux de la marine marchande, ce système a été installé sur cinq bateaux de pêches en 2020. GAÉTAN SIMARD, président de GHGES Solutions Marines, espère doubler ce nombre en 2021, et doter de Marentrack une dizaine de navires.

« Notre but est toujours le même, explique Gaétan Simard. Nous voulons certes réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi accroître les rendements des embarcations et la sécurité des marins. »

« Mieux vaut prévenir que guérir »

Concrètement, Marentrack offre aux pêcheurs quatre services. Le système supervise le navire en tout temps, et avise le propriétaire en cas d’une infiltration d’eau ou de problèmes avec les viviers ou avec le réseau électrique. 

Le produit offre aussi un service de prévention de la dégradation des équipements. Dès que quelque chose tombe en défaillance, le pêcheur reçoit un message texte, ce qui lui permet d’agir avant qu’il ne soit trop tard. 

Voici ce à quoi ressemble l’interface du système Marentrack.

« On ne le dit pas souvent, mais il y a toutes les années des bateaux qui coulent pendant la nuit en raison de bris inaperçus sur des navires, fait valoir Monsieur Simard. Le pêcheur se réveille, il se rend au quai, et puis il voit juste son mât dépasser la surface de l’eau.

L’intelligence artificielle

L’aide financière octroyée par les gouvernements du Canada et du Québec permettra en outre de peaufiner et d’automatiser Marentrack, notamment par le développement de l’intelligence artificielle. 

« On est vraiment dans le jus avec ça depuis de début de la pandémie, s’exclame le président de GHGES. Mais on y travaille fort. Jusqu’à très récemment, on faisait manuellement tous les rapports mensuels qu’on envoyait aux navires qui utilisent notre système. Ça prend beaucoup de temps. Dans un avenir proche, tout ça se fera automatiquement. »

L’homme derrière la machine 

Si pour plusieurs la vie est un long fleuve tranquille, Gaétan Simard incarne plutôt la figure de l’homme d’action. 

Gaetan Simard, président de GHGES Solutions Marines

Le spécialiste en efficacité énergétique maritime a entre autres travaillé pendant 11 ans dans la salle des machines de différents navires, pendant 5 ans comme surintendant des opérations à l’incinérateur de Québec, et 5 autres années comme coordonnateur de la centrale d’énergie de l’Université Laval. Il a aussi été directeur des opérations pour un projet de SNC-Lavalin en Algérie. Depuis une quinzaine d’années, il œuvre comme consultant en efficacité énergétique. 

« J’ai toujours eu besoin de défis, remarque-t-il. Ça ne m’intéresse pas de rester quelque part à attendre que les choses se passent. J’ai besoin et j’ai envie d’y mettre la main », conclut l’homme à la forte voix. 

Pour plus de renseignements, visitez leur site Web.

À propos du Fonds des pêches du Québec, consultez leur page Web.

Commentez sur "Une entreprise de Québec veille à la sécurité des pêcheurs"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.