Recyc-Québec
Sabrina Sirois
Home À la Une La Fabrique à boire: Un bar à alcools artisanaux

La Fabrique à boire: Un bar à alcools artisanaux

 

Sainte-Foy — Se destinant à une carrière en radio, Maxime Boivin a bifurqué vers la création de cocktails. Son association avec la Commission des Liqueurs a mené le nouveau groupe à lancer La Fabrique à boire, une entreprise qui crée son propre alcool. La succursale de Sainte-Foy a récemment ouvert ses portes.

Approché par FRANCIS DELAGE, cofondateur de la Commission des Liqueurs, le mixologue MAXIME BOIVIN a été mandaté pour créer des alcools artisanaux. Il a travaillé avec les distilleurs Les Subversifs. «De discussion en discussion autour d’une dégustation, on s’est mis à triper sur le projet de la Fabrique à boire. La Commission cherchait un moyen pour vieillir la clientèle. On a vite vu le potentiel du concept», raconte-t-il. À la mi-septembre, la Fabrique à boire a annoncé l’achat des cinq succursales de la Commission des liqueurs et le partenariat avec le mixologue.

La Fabrique à boire propose six alcools artisanaux comme un moonshine aux petits fruits et basilic, une eau-de-vie et un bourbon, caramel écossais et vanille. Tous ont été conçus avec des alcools de grain qui s’apparentent à une vodka non raffinée au charbon. M. Boivin ajoute ensuite des arômes naturels et des produits frais. «On a essayé d’y aller avec des saveurs qui représentaient bien le Québec, mais aussi la clientèle. Le but est d’offrir un éventail d’alcool où tout le monde va se retrouver», indique-t-il. On retrouvera Logo_Fabriqueaboireaussi des mets de type tapas, «des trucs faciles à manger et à partager», ajoute-t-il.

Maxime Boivin a longtemps travaillé dans les bars, un métier qui lui permet d’être créatif et d’avoir un contact direct avec la clientèle ce qu’il aime par-dessus tout. «De voir la réaction des gens à ce qu’on fait, c’est ça ma drive», confie-t-il. Au fil des ans, il a œuvré pour La Distillerie où il a été formé, puis Le Globe et l’Assomoir entre autres. Il a également conçu les cartes pour différents restaurants. «Ma technique est d’utiliser souvent les classiques avec une petite variante à partir de produits maison et frais», explique-t-il.

Vivant un rêve, M. Boivin planche déjà sur de nouveaux projets. «On essaie de pousser la microdistillerie. C’est une nouvelle industrie qui mérite d’avoir plus de visibilité», estime-t-il. Le mixologue espère un jour que l’entreprise puisse vendre ses produits sur les tablettes de la SAQ. «Pour l’instant, on veut garder l’exclusivité pour que les gens viennent goûter à nos produits», conclut-il.

La Fabrique à boire est située au 2360, chemin Sainte-Foy.

Photo : Geneviève Morne

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.