La cuisine des Premières Nations à l’honneur

sagamiteSteeve Gros-Louis, propriétaire des restaurants Sagamité. (Photo : courtoisie Sagamité)

Steeve Gros-Louis est le propriétaire des restaurants Sagamité, celui situé au 68, rue Saint-Louis dans le Vieux-Québec et celui de Wendake au 10, Boulevard Bastien. Il nous fait découvrir son histoire et la cuisine des Premières Nations.

Par Mélissa Gaudreault

« J’ai ouvert le premier Sagamité dans notre communauté en juillet 1999. L’idée a commencé à naitre en 96-97. » – Steeve Gros-Louis

À la base, Steeve Gros-Louis est un danseur traditionnel. Il a créé une troupe de danse du nom de Sandokwa. Il a parcouru la planète pour dire au monde entier que la culture huronne-wendat existe encore et qu’elle est riche. Il a grandi entouré du tourisme ; son père fabriquait des raquettes et avait une boutique d’art et de souvenirs dans le Vieux-Québec.

Troupe Sandokwa (Photo : courtoisie)

Il s’est rendu compte qu’il n’existait pas d’endroit pour que les gens puissent se rassembler et célébrer la cuisine des Premières Nations. C’est à partir de cela que l’idée a commencé à germer dans son esprit.

Le nom Sagamité fait référence à un plat chaud composé des trois sœurs (courge, haricot, citrouille) et de gibier ou de poisson, qui est l’un des plats nationaux de cette gastronomie.

« Lorsqu’on a eu un incendie en décembre 2018 au restaurant à Wendake, ça nous a permis de prendre un peu de recul. On voulait revenir dans le Vieux-Québec depuis quelques années, mais c’était difficile car on avait plusieurs exigences et il y avait plusieurs obstacles à la réalisation de notre projet. On a réussi à trouver l’emplacement actuel en juin 2019 et on a ouvert en juillet 2019. » – Steeve Gros-Louis

Aller manger au Sagamité, ce n’est pas seulement goûter à la cuisine des Premières Nations, c’est s’immerger complètement dans la culture huronne-wendat.

« On va venir chanter un chant wendat lorsqu’il y a un anniversaire, on va essayer de travailler avec notre présentation, notre histoire. J’ai dessiné les trois totems qu’on voit à l’entrée du restaurant. C’est trois types de choses : c’est le style iroquoien qu’on faisait avec les masques, le style contemporain et du haïda de l’ouest. » – Steeve Gros-Louis

(Photo : Mélissa Gaudreault)

Une cuisine familiale

« La Sagamité, c’est une histoire de famille. Je suis avec mon épouse et mes trois enfants. Je suis fier de mes origines. On fabriquait de l’art et de l’artisanat dans ma famille, de la raquette à neige depuis plusieurs générations. L’idée du Vieux-Québec est venue parce que le quartier n’avait jamais vu de restaurant des Premières Nations. » – Steeve Gros Louis

La cuisine est axée sur le feu, un élément important et sacré dans la culture huronne-wendat.

« Je viens d’une famille de trappeurs-chasseurs, donc pour moi c’est de prendre une recette traditionnelle, de l’amener en cuisine et de la faire au goût d’aujourd’hui. La cuisine tourne autour du feu, qui est sacré pour nous ; les anciens communiquaient avec le créateur par le feu, le feu rassemblait les grandes familles dans les maisons longues, étaient le lieu des prises de décisions, on festoyait autour d’un feu. » – Steeve Gros-Louis

(Photo : Sagamité)

De la terre à l’assiette

« On est très proches de nos produits du terroir. On a notre propre élevage de wapiti. La spécialité du Sagamité c’est vraiment la spécialité gibier (wapiti, cerf, bison, caribou). On va aller chercher des légumes souches (ex. : topinambour). On a acquis une terre agricole en 2016-2017. Présentement, nos animaux ne sont pas encore dans nos enclos à nous. On travaille avec un éleveur du Québec, car nos enclos ne sont pas prêts en raison de la pandémie et de l’incendie au restaurant. Nos animaux sont achetés. Notre terre agricole est située à Valcartier. On travaille avec des maraîchers du Québec. » – Steeve Gros-Louis

Commentez sur "La cuisine des Premières Nations à l’honneur"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.