Hangboard Vertuo : marier l’art et le sport

hangboardUne planche fabriquée par Hangboard Vertuo, "La volcanique". Photo : Courtoisie

Pendant la pandémie, un couple de passionnés d’art et d’escalade de Québec qui s’est mis à la confection de hangboards. Mais plus que de simples planches à traction, les Hangboards Vertuo sont en même temps de véritables œuvres d’art. 

Par Gabriel Côté

« L’idée, c’était de marier performance et esthétisme, explique Félix Carrier-Landry, l’un des membres du couple. Nos hangboards servent à travailler la force des doigts pour ceux qui font de l’escalade, et en plus, ils agrémentent la pièce où on les installe ! »

Au début du confinement, Félix Carrier-Landry et sa conjointe, Manon Jaussaud, deux graphistes férus d’escalade ont eu l’idée de se mettre à la production de planches de traction « artistique ». « On s’est retrouvé avec pas mal de temps, alors on s’est dit ‘’pourquoi pas’’ », se rappelle Félix Carrier-Landry. 

Félix Carrier-Landry et Manon Jassaud
Photo : Courtoisie

La production

Chaque planche est faite à la main en chêne du Québec, « avec les moyens du bord », rigole Félix Carrier-Landry. 

« On achète du bois en vrac, – du chêne parce qu’il faut du bois assez solide pour fabriquer un hangboard. Puis, on prend une CNC (*une machine-outil à commande numérique), un robot qui creuse dans la bois à partir de données déterminées, afin d’avoir une base. Enfin, on coupe des lannières de bois et on les ajoute à notre base. »

Tout ce processus se déroule dans le garage d’un ami du patron de Félix Carrier-Landry, qui possède une CNC. Une fois la planche confectionnée, c’est Manon Jaussaud qui fait la peinture et qui donne à chacune son caractère unique.

« On a commencé par vendre nos planches à des amis proches, afin de tester le produit. Ils ont beaucoup aimé alors on a commencé à en faire de plus en plus. On cherche actuellement un moyen d’automatiser le processus pour augmenter notre capacité de production », explique Félix Carrier-Landry. 

Une exposition

À partir du 29 novembre et pour l’ensemble du mois de décembre, les hangboards fabriqués par le couple seront exposés au centre d’escalade Délire sur le boulevard Pierre-Bertrand, où un espace est dédié à des expositions pour les projets artistiques en lien avec l’escalade.

Publicité

Commentez sur "Hangboard Vertuo : marier l’art et le sport"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.