Claude Villeneuve devient le chef de l’opposition officielle à la Ville

Claude VilleneuveLe nouveau chef de l'Opposition officielle à la Ville de Québec, Claude Villeneuve. Photo : Gabriel Côté

Après le revers électoral de Marie-Josée Savard, c’est l’ex-chroniqueur au Journal de Québec, Claude Villeneuve, qui a été désigné par ses collègues comme chef de l’Opposition officielle de la Ville.

Lors de l’annonce de sa nomination à la tête du parti, Claude Villeneuve a pris la parole après avoir été discrètement applaudi par les autres élus d’Équipe Marie-Josée Savard. D’emblée, il a tenu à souligner la position de force qu’occupe sa formation politique au conseil municipal.

« Vous avez devant vous ce matin un groupe de dix élus dans l’ensemble des arrondissements de la Ville. On a une vision de la ville de Québec dont on est porteur. La qualité, la diversité et la représentativité de notre équipe montre notre ancrage sur l’ensemble du territoire de la ville de Québec », a déclaré Claude Villeneuve.

L’insistance de M. Villeneuve n’est pas anodine, puisque le parti dont il hérite est le seul à avoir fait élire un conseiller dans tous les six arrondissements de Québec lors du scrutin du 7 novembre dernier. 

L’opposition autrement

Malgré cette modeste démonstration de force, M. Villeneuve a expliqué que ses collègues et lui-même n’ont pas l’intention d’être de mauvaise foi et de « s’opposer pour s’opposer ». Il salue d’ailleurs la main tendue de M. Marchand, et répond à l’ouverture par l’ouverture.

« On compte faire de l’opposition autrement. Plusieurs choses nous rapprochent des idées du maire, alors c’est sûr qu’on ne va pas arriver au conseil et s’opposer au tramway par exemple », a-t-il expliqué. 

De fait, la position du parti de M. Villeneuve est particulière, du fait des nombreux points qu’il partage avec celui du nouveau maire de Québec, Bruno Marchand. Celui qui est maintenant chef de l’opposition au conseil municipal le reconnaît, tout en convenant aussi que certaines différences les opposent, dans le détail, notamment en ce qui concerne les améliorations du tramway proposées en campagne électorale par Québec Forte et Fière, et aussi la fameuse question des redevances. 

« Pendant la campagne, on s’est opposé à la redevance, parce que ce n’était pas dans notre programme », a dit Claude Villeneuve. « La réalité, je vous le dis aujourd’hui, c’est que nous n’avons pas encore pris le temps d’étudier la question en profondeur. Mais c’est certain que nous avons des doutes et des appréhensions face à une telle mesure, comme on l’a souligné au cours des dernières semaines », a-t-il ajouté. 

L’exécutif

Alors que Québec Forte et Fière est minoritaire à l’Hôtel de Ville, le maire aura nécessairement à faire une place à des élus des autres partis sur le comité exécutif. La nomination de Claude Villeneuve comme chef de l’opposition risque, selon les observateurs, de l’empêcher d’accéder à ce genre de responsabilités. Ces considérations n’embêtent pas le principal intéressé.

« Pour ce qui est de l’exécutif, rien n’est exclu, et nous n’avons rien réclamé non plus. Des discussions auront lieu à ce propos dans les prochains jours », s’est-il contenté de remarquer. 

Contraste

Au cours des dernières années, les citoyens de Québec ont été habitués à des débats acerbes à l’Hôtel de Ville.

Quelques jours seulement après l’élection, il serait prématuré de tirer des conclusions, mais le ton général des échanges entre le maire et l’opposition semble bien avoir changé du tout au tout.

L’ouverture et la politesse dont font preuve M. Marchand et M. Villeneuve contrastent considérablement avec le ton auquel on est habitué.

Il reste à voir si ce n’est que l’effet d’un changement de garde sur la rue des Jardins, où bien si cela tient proprement à la personnalité des nouveaux élus.

Publicité

Commentez sur "Claude Villeneuve devient le chef de l’opposition officielle à la Ville"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.