Savard soutient le resserrement du contrôle des armes à feu

Marie-Josée SavardMarie-Josée Savard assise à son bureau à l'Hôtel de Ville. Photo : Gabriel Côté

Par voie de communiqué, la candidate à la mairie, Marie-Josée Savard, a fait savoir qu’elle appuie les maires des cinq plus grandes villes de la province dans leur demande conjointe adressée aux partis politiques fédéraux de s’engager à lutter contre le trafic des armes à feu. 

« La possession et l’utilisation d’armes de poing et semi-automatiques n’ont rien de banal et sont une menace pour les citoyens et les citoyennes. Bien que les conséquences s’observent dans nos villes, la problématique dépasse le cadre municipal et ne peut être règlementée par un maire ou une mairesse, mais doit faire l’objet de mesures strictes à l’échelle nationale par le parti qui formera le prochain gouvernement à Ottawa. C’est pourquoi j’appuie sans réserve les maires des cinq plus grandes villes québécoises dans leur appel à un resserrement du contrôle des armes à feu au pays », a déclaré Marie-Josée Savard. 

Pour faire plus que réagir

Si le pouvoir de l’administration municipale est limité dans un dossier tel que celui du contrôle des armes à feu, la dauphine de Régis Labeaume maintient toutefois que la Ville peut y jouer un rôle.

« Le Service de police, qui est du ressort de la Ville, est très actif sur le terrain. Mais il est important d’arracher le mal à la racine, et c’est pour cela que la demande des maires est importante : il faut trouver et couper la source du trafic d’armes, pour ne pas seulement être en réaction une fois que celles-ci sont sur le territoire », a expliqué Mme Savard en entrevue. 

Québec est en sécurité

Celle qui aspire à la mairie de Québec considère néanmoins que Québec est l’une des villes les plus sécuritaires au pays. « Notre service de police est très conscient du problème qu’il a entre les mains, et il agit en ce moment même pour éviter que la situation ne s’envenime », a-t-elle dit. 

En outre, Mme Savard ne croit pas que l’apparition d’armes à feu sur le territoire de la ville révèle un problème plus profond, comme un retour de la criminalité à Québec, qui existerait depuis longtemps mais en passant sous le radar. « Ce n’est pas ma lecture de la situation. Les gens sont en sécurité dans notre ville », a-t-elle conclu. 

Publicité

Commentez sur "Savard soutient le resserrement du contrôle des armes à feu"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.