L’ex-colistière de Jean-François Gosselin passe chez Marie-Josée Savard

Nancy Piuze et Isabelle RoyNancy Piuze (à gauche), en conversation avec Isabelle Roy (à droite), candidate de l'Équipe Marie-Josée Savard dans le district de Robert-Giffard. Photo : Gabriel Côté

Aux élections municipales de 2017, Nancy Piuze était la colistière de Jean-François Gosselin. Aujourd’hui, elle est la conseillère stratégique d’Isabelle Roy, la candidate d’Équipe Marie-Josée Savard dans le district de Robert-Giffard.

Par Gabriel Côté

Celle qui a cédé sa place au chef de Québec 21 pour lui permettre de siéger à l’Hôtel de Ville explique ce changement par la relation qu’elle entretient depuis longtemps avec Marie-Josée Savard.

« Je la connais depuis longtemps, explique Nancy Piuze. Nous étions toutes les deux en affaires et on se parlait souvent. C’est une personne très rassembleuse, et c’est justement de cela que la Ville a besoin aujourd’hui. »

Selon Mme Piuze, un changement de culture doit impérativement s’opérer à la Ville. Et celle qui avait rompu violemment avec Québec 21 il y a quelques années n’eût peut-être pas choisi d’appuyer le parti au pouvoir si le maire Régis Labeaume n’avait pas annoncé son retrait de la vie politique.   

« Pour moi, la politique n’est pas une affaire de fighting. Ça fait trop longtemps qu’il y a de la chicane à la Ville de Québec. Quand j’ai su que Marie-Josée se lançait dans la course à la mairie, avec une nouvelle équipe, j’ai décidé de faire le saut et de mettre l’épaule à la roue. »

Dans les dernières années, Mme Piuze n’a pas chômé. Celle qui a une formation en sciences politiques et en enseignement au collégial a notamment œuvré dans l’association des femmes en politique municipale.

« Je suis pour une plus grande place des femmes en politique, et conséquemment pour une plus grande parité au conseil municipal », glisse-t-elle au passage, entre deux propos.

Dans l’Équipe de Marie-Josée Savard, son rôle de conseillère stratégique consistera entre autres à former les nouveaux candidats, mais aussi à préparer tout « l’arrière » de la campagne électorale.

« J’aurai à superviser ceux qui sont au service des candidats, pour par exemple faire des appels, du porte-à-porte et du pointage efficace. Une élection, ça se gagne avec des bénévoles », conclut-elle avec conviction. 

Publicité

Commentez sur "L’ex-colistière de Jean-François Gosselin passe chez Marie-Josée Savard"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.