Portrait de deux boursières Première Ovation-Action Patrimoine

Rachel Archambault Boursière Première OvationRachel Archambault Boursière Première Ovation

Québec — Rachel Archambault et Laura Charrette sont deux récipiendaires des plus récentes bourses Première Ovation-Action Patrimoine. Le Carrefour les a rencontrées. 

Mardi matin. Elle boit un café McDonalds devant une collection de vieilles bouteilles vides disposées symétriquement sur des étagères de métal. « Ça vient de Limoilou », qu’elle me dit, et du 19e siècle en plus. « Ce sont des bouteilles d’alcool qu’on a trouvées en fouillant. »

Oh. 

Rachel Archambault est une curieuse. Elle est visiblement fascinée par le passé. On vient d’ailleurs de lui attribuer une bourse pour élaborer un volet archéologie aux Rendez-vous d’histoire de Québec.

La bourse de 2500$ provient du programme Première Ovation et de l’organisme Action Patrimoine. L’objectif de cet organisme est de proposer une approche concrète du patrimoine. Dans ce cas, la bourse vise à offrir une expérience professionnelle pertinente et significative à la relève.

Ce financement donnera l’opportunité à Rachel d’être chargée de projet en diffusion du patrimoine archéologique. Elle montera la programmation du volet archéologie des Rendez-vous d’histoire de Québec, et d’organiser quelques conférences. 

Un programme varié

Ces rencontres ne s’adresseront pas seulement aux spécialistes. D’ailleurs, la programmation comportera deux activités visant à faire découvrir la discipline aux enfants et aux adolescents.

« Le but, c’est de faire connaître l’archéologie », insiste-t-elle. « L’archéo, c’est pas juste la Nouvelle-France et des bouts de céramiques cassés ». 

Portrait d’un patrimoine vivant

Boursière de Première Ovation-Action Patrimoine

Ce constat est partagé par Laura Charrette, récipiendaire de la bourse de diffusion de 7000$. 

« Quand on pense au patrimoine, on pense tout de suite au patrimoine bâti. Mais c’est aussi ce qui est immatériel, ça inclut tout ce qui est traditionnel : la musique, les métiers d’art, les fêtes, les pratiques culinaires… c’est ça, le patrimoine vivant. »

Une exposition virtuelle

Le patrimoine vivant, Laura se propose d’en faire le portrait dans une exposition virtuelle. L’objectif est de souligner les 40 ans de l’organisme Ès Trad qui travaille au développement, à la mise en valeur et à la diffusion de la culture et des arts traditionnels.

L’exposition, hébergée sur le site internet d’Ès Trad dès l’été prochain, se concentrera sur la danse, la chanson, la musique, le conte et l’artisanat.

« Ce sont des pratiques vivantes qui continuent de se transmettre », reconnaît la bachelière en études patrimoniales. « Elles ne sont pas en danger. Mais le patrimoine vivant est méconnu, alors il ne jouit pas des mêmes appuis au niveau politique que par exemple le patrimoine bâti. »

En outre, l’exposition comportera des photos, des vidéos, des bandes audio et des textes. « On veut que ça soit dynamique, et le web offre beaucoup de possibilités », conclut-elle.   

On se voit l’été prochain aux Rendez-vous d’histoire de Québec, et sur le site d’Ès Trad?

Photos : Courtoisie

Commentez sur "Portrait de deux boursières Première Ovation-Action Patrimoine"

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.