Ne pas s’embarquer sans biscuit

Sébastien Romagny des Sablés de l'Osti d'FrançaisSébastien Romagny devant le nouveau local des Sablés de l'Osti d'Français. Photo : courtoisie

Saint-Jean-Baptiste — Ça prenait bien un français pour le faire ! Sébastien Romagny, 23 ans, a pris en charge le milieu du biscuit artisanal à Québec. Son entreprise déjà très populaire, Les Sablés de l’Osti d’Français, aura pignon sur rue cet été dans le faubourg.

Le local sera situé au 200, rue d’Aiguillon et c’est à cet endroit que se fera toute la production de biscuits sablés. Il sera aussi possible d’en faire l’achat, et même de consommer un café dans un coin aménagé à cet effet. « On veut se rapprocher de la clientèle », mentionne SÉBASTIEN ROMAGNY, qui se présente avec humour comme un entrepreneur intergalactique. « Dans ce local, les gens pourront assister à la préparation de nos produits. »

Pour la petite histoire…

L’aventure du breton commence en 2016 par un stage en Mauricie dans une pourvoirie de chasse et pêche. « Je me suis retrouvé au Québec par hasard, et j’ai tout de suite aimé, se souvient-il. Je me sens bien ici. » De retour en France, il termine ses études de cuisine, puis revient dans la province en 2018 avec son idée de biscuits sablés en tête. Il atterrit dans la Vieille Capitale, obtient par chance un permis de travail, et se met à l’ouvrage. 

Romagny entreprend alors la quête d’un nom évocateur pour son entreprise. « Ce n’est pas facile de se faire une place dans le milieu de l’alimentation, fait-il valoir. Je cherchais quelque chose qui frappe, qui s’imprime tout de suite dans la tête des gens ». Pendant une promenade en voiture, un camarade québécois lui lance inévitablement un digne mais amical : « Eille, mon hostie de Français ». Il n’en faut pas plus, l’entreprise est baptisée.  

Une expansion considérable

On pourrait penser que la situation actuelle n’est pas idéale pour ouvrir un commerce. Mais le jeune entrepreneur assure qu’il ne s’embarque pas sans biscuit. « Comme le local servira principalement à la production, rappelle Romagny, ça ne représente pas un gros risque de l’ouvrir. En plus, les ventes en ligne ont vraiment explosé depuis le début de la pandémie. »

De son appartement, le jeune homme produit lui-même entre 1500 et 2000 sacs de biscuits par mois. En novembre et en décembre, il en a fait plus de 6000. Son nouveau local lui permettra d’augmenter la production, et de continuer de développer l’entreprise. « Le but, c’est d’entrer les grandes chaînes d’ici la fin de l’année », précise-t-il avec enthousiasme.

Quatre saveurs de biscuit 

La spécialité du français, ce sont des sablés aromatisés à la fleur de mélilot, une plante sauvage qui prolifère partout au Québec. Parfois considérée à tort comme une mauvaise herbe, le mélilot blanc révèle des accents très séducteurs qui lui ont valu le nom de « vanille du Québec ». 

Les biscuits des Sablés de l'Osti d'Français
Les quatre saveurs de biscuits des Sablés de l’Osti d’Français. Photo : Courtoisie

Trois autres saveurs de biscuits complètent la gamme des Sablés de l’Osti d’Français :

  • Les p’tits sablés au chocolat (torréfié en Gaspésie)
  • Les p’tits sablés à l’érable
  • Les p’tits sablés à la canneberge

« C’est important pour moi d’utiliser des ingrédients d’ici », répète le Québécois d’adoption, avant de conclure : « je veux que les gens se reconnaissent dans mes biscuits ».  

Pour plus d’information, visitez leur site Web.

Be the first to comment on "Ne pas s’embarquer sans biscuit"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.