Recyc-Québec
Sabrina Sirois
Home À la Une Écoute entraide est à notre service

Écoute entraide est à notre service

Québec – Les conditions météorologiques influencent le moral des gens, constate l’équipe d’Écoute entraide, une ligne d’écoute gratuite. Jonathan Brazeau, coordonnateur, renseigne les lecteurs sur les services offerts et met l’emphase sur ce que chacun peut faire auprès d’un proche en guise de soutien.

La mission d’Écoute entraide est d’offrir de l’aide sans jugement aux gens de toute la province dont la ville de Québec qui souffrent de solitude, de dépression ou de problème de santé mentale, entre autres. Certaines périodes de l’année sont plus critiques, dont le retour des vacances des fêtes et le mois de février.  

Déprime saisonnière

La déprime saisonnière y joue pour beaucoup. «Il y a un cycle relié aux conditions météorologiques. La première déprime saisonnière qu’on observe, c’est en novembre, quand il fait gris et qu’il pleut. Le manque de luminosité se fait sentir», mentionne JONATHAN BRAZEAU, coordonnateur au sein de l’organisme. Il affirme que novembre 2019 a été relativement tranquille en raison des conditions météorologiques clémentes.

La période des fêtes amène également plusieurs personnes à appeler au centre d’aide. «Les gens qui n’ont pas de famille ou qui ont une famille dysfonctionnelle ont hâte que Noël et les fêtes soient passés», mentionne le coordonnateur. S’en suit une transition jusqu’en février où la dépression saisonnière atteint son point culminant. «On sent l’accumulation du manque de luminosité et c’est aussi le mois où il y a le plus de suicides. On tombe dans la semaine de prévention du suicide ce mois-là», ajoute-t-il.

Défi pour le centre d’appel

Au-delà des difficultés financières rencontrées par l’organisme, une des difficultés cruciales est de trouver des bénévoles. «La majorité des gens ne font pas de bénévolat. Ce n’est pas une valeur qui a perduré. Il y a 50 ans, les gens en faisaient plus. Le fait d’aller à l’église aidait à motiver la population à faire du bénévolat. Maintenant, les gens sont plus individualistes», regrette M. Brazeau. Venir en aide à quelqu’un qui souffre exige des qualités particulières. Pour perdurer au sein de l’équipe, il est nécessaire d’avoir une force de caractère considérable et une capacité d’écoute développée. 

Semaine de prévention pour le suicide 

Dans le cadre de la semaine de prévention contre le suicide, plusieurs organismes de la ville de Québec se mobilisent pour combattre les préjugés et les peurs qui persistent quant à la dépression. 

Le coordonnateur d’Écoute entraide émet un conseil en particulier, soit d’être à l’écoute des gens qui sont en perte d’énergie et de vitalité. En tant qu’entourage, il est possible d’offrir son écoute. «Sans demander directement si notre proche pense au suicide, on peut se renseigner sur son moral. C’est d’être présent selon ce qu’on est capable de faire, car les gens ont besoin de parler», dit-il. Plutôt que de vouloir trouver une solution immédiate pour aider celui qui se confie, il recommande de rester à l’écoute puisque c’est le plus grand besoin chez quelqu’un qui souffre.  

Pour information : https://www.aqps.info/semaine/

Photo : Courtoisie

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.