Sabrina Sirois
Home À la Une Rues St-Augustin et Ste-Madeleine: Pour des aménagements sécuritaires et vertes

Rues St-Augustin et Ste-Madeleine: Pour des aménagements sécuritaires et vertes

Saint-Jean-Baptiste — Une vingtaine de personnes ont pris part à une consultation citoyenne afin de proposer des changements au réaménagement des rues Saint-Augustin et Sainte-Madeleine. Ils sont déçus que la Ville de Québec n’ait pas tenu compte de leurs suggestions.

«En voyant que la Ville ne donnait pas suite aux requêtes des citoyens et citoyennes, le Comité a décidé d’agir! Le but de cette consultation citoyenne organisée par le Compop était d’imaginer de futurs aménagements pour les rues Saint-Augustin et Sainte-Madeleine», explique VINCENT BAILLARGEON, permanent pour le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste qui a organisé la rencontre.

Le 25 avril 2018, la Ville de Québec a présenté aux résidents son projet. L’objectif est d’améliorer ce lien qui relie la Haute-Ville et la Basse-Ville. Ainsi, on désire favoriser les déplacements actifs, bonifier le confort et la sécurité des piétons, diminuer les effets de pente, faciliter le déneigement et procéder à la réfection des infrastructures souterraines. Parmi les solutions, la municipalité proposait d’élargir les trottoirs, réduire les obstacles et changer la configuration des intersections.

Enjeux

Les enjeux de sécurité, de circulation de transit et la vitesse automobile préoccupent les résidents. Lors de l’assemblée en décembre, plusieurs ont fait valoir l’importance de changer la signalisation pour les automobilistes, transformer Sainte-Madeleine en rue partagée, ajouter des espaces verts et un éclairage à échelle humaine. «Les demandes faites par les résidents et résidentes s’inscrivent très bien dans le projet de travaux déjà prévu par la Ville de Québec. Il ne s’agit que de bonifications. Si le maire Labeaume souhaite plus de courtoisie envers les piétons, les propositions mises de l’avant vont tout à fait en ce sens», soutient MARIE-ÈVE DUCHESNE, permanente au Comité populaire.

Celle-ci s’explique mal le refus de la Ville. «Nous n’acceptons pas les raisons avancées par la Ville (…) Le fait qu’il y ait un nombre élevé de véhicules, par exemple, démontre tout le problème de la circulation de transit face auquel la population locale est confrontée», soutient-elle. Le Comité populaire prévoit poursuivre sa démarche et mettre sur pied un plan d’action.

Photo : Courtoisie

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.