Sabrina Sirois
Home À la Une Fées du frigo: Des repas pour les démunis

Fées du frigo: Des repas pour les démunis

Limoilou — La magie des Fées du frigo continue à se propager. Après le frigo devant Soupe et cie, le petit organisme fournit maintenant de la nourriture à un deuxième frigo, cette fois-ci installé au Patro Roc-Amadour. Rapidement, il a été adopté, signe que les besoins sont grands.

Les Fées du frigo sont composées d’une douzaine de personnes qui prennent du temps pour préparer des repas pour les démunis. Constatant une demande, ils ont décidé de remplir le frigo de Soupe et cie, situé au 522, 3e Avenue. Lorsque le compresseur du réfrigérateur a rendu l’âme, le groupe s’est mobilisé pour en acheter un autre qu’ils ont peint en rose.

Face au succès remporté, les Fées ont décidé d’acquérir un deuxième frigidaire. ANNE LYONNAIS a approché le Service d’entraide du Patro Roc-Amadour. Le directeur général, MARTIN DESCHÊNES, a trouvé que l’idée cadrait bien avec leur objectif d’avoir un quartier sans faim. Le groupe s’est cotisé à nouveau, puis peint l’équipement en rose. Le frigo-partage fonctionne depuis juin.

Depuis, les Fées du frigo préparent des repas qu’elles vont porter aux deux endroits. Chacun des membres cuisine de leur côté. Mme Lyonnais confectionne principalement des sandwichs, des muffins, des biscuits, etc. Le but est d’offrir des mets qui se mangent rapidement et qui ne nécessitent pas l’utilisation d’un micro-ondes. Les repas restent rarement longtemps dans les frigos, a-t-elle constaté. «On a des habitués. Ce sont surtout des sans-abris», indique-t-elle.

Contribution

Le groupe finance tout lui-même. Pour sa part, Mme Lyonnais s’est fixée un budget de 20$ par semaine. Des entreprises, comme Panier Extra, lui fournissent à l’occasion des bananes qui commencent à être mures, par exemple. Elle les transforme alors en pain ou en muffin. D’autres compagnies donnent leur surplus ou leurs invendus qui sont encore comestibles. Elle invite les commerçants à les imiter. Les citoyens peuvent aussi contribuer. «Ça va faire le bonheur de quelqu’un», assure-t-elle.

Les membres du groupe des Fées du frigo se sont rencontrés par Facebook. Chacun voulait aider leur prochain. «Je sais ce que c’est de repartir à zéro. Je l’ai vécu et je sais que ça peut être difficile. J’ai beaucoup d’empathie pour ces gens-là. On avait tous à cœur d’offrir notre aide», mentionne Mme Lyonnais.

De gauche à droite, Sylvie Larouche et Colombe Lafontaine, animatrices communautaires au Patro, Estelle Piché, Isabelle Blouin et Anne Lyonnais, administratrices des Fées du frigo. Photo : Courtoisie

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.