Sabrina Sirois
Recyc Media
Home À la Une Graffitis dans La Cité-Limoilou: Peu de signalement

Graffitis dans La Cité-Limoilou: Peu de signalement

La Cité-Limoilou — L’Arrondissement La Cité-Limoilou passe à l’action pour freiner la prolifération de graffitis sur son territoire. Trois murs légaux seront créés dès cet été pour permettre aux artistes de laisser aller leur créativité. On note toutefois que trop peu de citoyens signalent les graffitis.

Selon VÉRONIQUE PRESSÉ, conseillère à la Division de la culture, des loisirs et de la vie communautaire, les résidents doivent les dénoncer. «C’est important de le faire parce que ça nous permet d’augmenter la surveillance dans les secteurs problématiques. Malheureusement, il y a trop peu de monde qui les signale», mentionne-t-elle. Si le graffiteur est en train de s’exécuter, on recommande de composer le 911. Si le méfait est déjà commis, il faut le rapporter en composant le 418 641-AGIR (2447) ou en complétant un rapport d’événement disponible sur le site de la Ville.

Nettoyer le graffiti rapidement est l’une des solutions efficaces pour réduire leur nombre. «Lorsqu’un graffiti apparaît sur leur bâtiment, les citoyens doivent l’enlever rapidement et de façon persévérante, c’est-à-dire que s’il y a une récidive, il faut le nettoyer à nouveau et recommencer chaque fois. Ça envoie un message clair que le graffiti n’est pas le bienvenue sur sa propriété. Au bout d’un certain temps, les graffiteurs fautifs vont se tanner et arrêter. Le citoyen a donc un rôle à jouer sur sa résidence pour diminuer la prolifération des graffitis sur les surfaces non autorisées», soutient-elle.

Murs légaux

Les graffiteurs pourront bientôt s’exécuter sur des murs légaux. Trois sites ont été identifiés. Toutefois, ils ne sont pas encore confirmés, car il manque certaines autorisations. Ainsi, ils pourront dessiner au parc Dollard-des-Ormeaux sur le mur de soutènement près du boulevard Charest Ouest, au parc Victoria près de la clôture et du terrain de baseball ainsi que sur la rampe d’accès à l’autoroute Dufferin-Montmorency à l’îlot Fleuri.

Huit orientations

Le plan de gestion des graffitis a été mis sur pied à la suite d’un appel à l’action lancé par le Service de police en 2015. Les meilleures pratiques ont été examinées pour le réaliser. L’objectif est «d’améliorer la gestion et le contrôle du phénomène sur le territoire selon deux axes, la prévention et l’intervention». Les actions sont regroupées en huit orientations : sensibilisation, recension, nettoyage, aménagements urbains, applications de la loi, promotion de l’art urbain, murs légaux et vigie. Mme Pressé souligne que les efforts dans les huit orientations doivent être déployés simultanément pour avoir des retombées. Elle ajoute que tous doivent y contribuer. Les SDC, les graffiteurs et les Conseils de quartier ont d’ailleurs été consultés et rencontrés.

Depuis 15 ans, le chantier urbain Graff’Cité mené par le Carrefour jeunesse-emploi de la Capitale-Nationale emploie des jeunes pour faire de la sensibilisation et du nettoyage de graffitis. Chaque année, près de 1800 dessins sont effacés. L’an dernier, ils ont lancé une trousse de nettoyage que les citoyens peuvent emprunter gratuitement.

La Ville de Québec a mis en ligne une page dédiée aux graffitis : ville.quebec.qc.ca/graffiti

Photo : Archives

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.