Sabrina Sirois
Home À la Une Exploration en terres solidaires: En quête d’hébergements écoresponsables

Exploration en terres solidaires: En quête d’hébergements écoresponsables

 

Charlesbourg — Camille Fortin-Fabbro et Arnaud Roy vivront une expérience hors du commun en allant explorer l’Équateur et le Maroc. Leur mission? Visiter des hébergements écoresponsables.

Ce projet s’inscrit dans la campagne Exploration en terres solidaires mise sur pied par Village Monde et la Fondation Air Canada dans le cadre de l’Année internationale du tourisme durable pour le développement. Les lauréats de la campagne doivent visiter de nouvelles destinations de voyage écoresponsables dans les régions isolées de la planète. En tout, 12 jeunes ont été choisis pour participer à la campagne.

Exploration en terres solidaires: En quête d’hébergements écoresponsables

Camille Fortin-Fabbro

Parmi eux, on retrouve CAMILLE FORTIN-FABBRO et ARNAUD ROY qui ont remporté la bourse Desjardins-Rotary Charlesbourg. Grâce à ce coup de pouce, une bonne partie de leurs dépenses seront couvertes. Âgée de 20 ans, Camille vient de finir sa première année au baccalauréat en affaires publiques et en relations internationales. Grande voyageuse, elle avait envie d’un nouveau défi. Partie le 7 juillet dernier, elle parcourra l’Équateur. De son côté, Arnaud vient de terminer une technique en tourisme durable au Cégep Limoilou. Le jeune homme de 21 ans partira le 6 septembre vers le Maroc. Chacun voyagera durant un peu plus d’un mois.

Retombées positives

Les établissements qui seront visités ont été identifiés par l’équipe de Village Monde, un organisme de bienfaisance basé à Cap-Rouge. Celui-ci a créé une plateforme qui répertorie les établissements hôteliers villageois écoresponsables. Souvent, les informations sur Internet sont incomplètes. «Mon rôle sera d’aller sur le terrain pour visiter les hébergements comme un touriste pour voir si on peut le recevoir et s’ils existent. Il faut aussi surtout regarder si ça respecte les valeurs de Village Monde, c’est-à-dire qu’il y a des retombées économiques, sociales ou environnementales dans la communauté», explique Camille. Arnaud explique que certains se disent écoresponsables, mais ne le sont pas. «Parfois, les gens se disent éco, mais ne font pas grand-chose à part être situé en nature. C’est important d’évaluer les retombées dans la communauté, si c’est viable économiquement et s’il y a de bons impacts pour l’environnement», ajoute le jeune homme.

On peut suivre leur périple au www.villagemonde.com/explorationsolidaire.

Photos : Courtoisie

 

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.