Bandeau Une
Home À la Une Tous les goûts sont dans Limoilou

Tous les goûts sont dans Limoilou

 

Limoilou — Établi à l’intersection de la 4e Rue et de la 3e Avenue, le café resto Les Colocs respire la joie de vivre fait le délice de ses clients depuis 19 ans déjà. Apprenons-en un peu plus sur ce chaleureux établissement qui fait maintenant partie des meubles à Limoilou.

  •  Le propriétaire : Martin Côté est à la tête de cette PME qui emploie neuf personnes. Pendant quelques années, il a partagé les rênes de l’entreprise avec son ancienne conjointe Dominique, mais il en assume maintenant seul la destinée. Il a toujours travaillé dans le domaine de la restauration cumulant les emplois notamment au réputé Manoir Richelieu. Résident de Saint-Jean-Baptiste, il est le fier papa d’une fille de 13 ans.
  • Ce qui fait le succès des Colocs : Leurs sous-marins bien sûr, mais selon plusieurs, le Shish taouk fait belle figure. Du côté des plats préparés, les soupes, le chili et son réputé végépâté sont également très prisés de la clientèle. Tous ces mets préparés sont disponibles sur place. Ce sont des produits qui gagnent à être connus, car ils sont faits avec amour. «Nous sommes loin des chaînes de montage, mais c’est un marché très compétitif», admet Martin Côté.
  • Marché public : Depuis deux ans, l’entreprise se démarque en possédant un étal au marché public estival de Limoilou. Elle y remporte un énorme succès avec ses succulentes guédilles aux homards. «Sur place, disons que ça a bien fonctionné à un point tel qu’on en a manqué», rigole le propriétaire.
  • La clientèle : Elle est composée majoritairement de travailleurs du secteur en semaine, alors que le week-end, ses copieux déjeuners fort populaires attirent une clientèle locale et variée.
  • Le saviez-vous? Le local où est situé le restaurant abritait autrefois une tabagie.
  • Et encore! Le restaurant Les Colocs a été un véritable précurseur sur la 3e Avenue en ayant anticipé la tendance vers une alimentation saine et mieux balancée. «Lorsqu’on s’est installé, il n’y avait que deux ou trois restos dans secteur. Maintenant l’offre est très diversifiée et c’est tant mieux», conclut Martin Côté

Info.: www.lescolocscaferesto.com

Raphaël Deshcênes-Côté, Andréanne Lacasse et Martin Côté. Photo : Martin Claveau
2 réponses à ce billet
  1. « Le Shish taouk ne paie pas de mine » … vraiment?? Revoyez le sens de l’expression svp, qui signifie en réalité que ça ne vaut pas cher, que c’est médiocre. Je doute fortement, vu le reste du texte, que ce soit réellement ce que vous vouliez dire.

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.