Société des traversiers
Home À la Une Espace de coworking: Une formule flexible, mais méconnue

Espace de coworking: Une formule flexible, mais méconnue

 

Beauport — Les espaces de travail de type coworking se sont multipliés au cours des dernières années à Québec. Si plusieurs sont situés au centre-ville, Kim Auclair, elle-même travailleuse autonome, a ouvert le sien, Espace Niviti, au 469, rue Seigneuriale en 2014. Un récent sondage lui a permis d’en apprendre un peu plus sur les besoins de sa clientèle.

Ce type d’espace locatif pour travailler est une option encore méconnue. Sur les 90 répondants au sondage, le tiers affirmait ne pas connaître le coworking. Ceux qui le choisissent apprécient la mise en commun des ressources, les horaires flexibles, la tranquillité et les contacts qu’ils peuvent se faire parmi les autres locataires.

L’objectif du sondage était de mieux connaître les besoins de la communauté de Beauport et des environs. KIM AUCLAIR et sa collègue MARIE-MICHÈLE DOYON ont découvert que la conciliation travail-famille était un des éléments importants pour plusieurs. Étant situé à côté d’une école et près de garderies, Niviti attire les parents. «Cette révélation-là nous a permis de chercher sur internet d’autres concepts dans ce genre-là. Différents espaces en Europe sont axés seulement sur les mamans qui peuvent apporter leur enfant. Ça nous a permis de réfléchir sur différents aspects et sur comment on pourrait mettre des choses à l’avant-plan», mentionne Mme Auclair. Un autre facteur analysé est la distance. Plusieurs ne veulent pas conduire plus de 30 minutes pour se rendre au travail.

Espace Nitivi

Espace Niviti Photo: Marc-Antoine Berthiaume

Un autre fait appris est que les clients aiment pouvoir bosser le soir. «C’est une demande à laquelle on ne s’attendait pas. On va ajuster notre système en fonction de ça», indique-t-elle. Parmi les autres changements à venir figure l’ajout de pièces fermées. Bien que le coworking se déroule plus souvent à aire ouverte, certains aiment avoir des locaux fermés pour faire des téléphones, par exemple.

Projets

Puisque le bâtiment où est situé Niviti appartient au père de Kim, elle souhaite éventuellement agrandir. «Certains ont plus de difficultés à connaître une croissance tout dépendant comment ils sont organisés alors que nous, le but est d’acquérir tous les espaces des autres commerces de la bâtisse. On aimerait également avoir un endroit à l’extérieur pour l’été», explique Mme Doyon parmi leurs projets.

Les deux filles prévoient lancer une campagne de sensibilisation au corworking afin de démystifier cet univers. «C’est souvent moins cher que des bureaux normaux. En plus d’être une économie, on peut partager des conseils avec les autres. C’est vraiment une belle énergie», conclut Mme Auclair.

Les résultats complets du sondage sont présentés au http://entreprendre.niviti.com/le-coworking-vu-par-les-entrepreneurs-et-travailleurs-autonomes-de-quebec/

Kim Auclair. Photo : Francis Vachon

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.