Sabrina Sirois
Recyc-Québec
Home À la Une Change de disque par Tanya Beaumon: «Pop-Louche», La carte de visite d’Oli...

Après l’aventure du Roi poisson, Oli Laroche présente sa Pop-Louche sur un EP de cinq titres.

 

J’ai entendu dire qu’au début du projet, tu ne voulais pas chanter tes propres chansons. Est-ce vrai?

Non, pas du tout! L’idée à la base c’était de faire une carte de visite pour de la réalisation pour montrer ce que je pouvais faire en studio. Je ne croyais pas trop en ma voix. De fil en aiguille, avec les démos et les maquettes, lorsque j’ai présenté ça à des amis et à ceux qui devaient les chanter, ils m’ont tous dit de m’assumer! J’y ai pensé et finalement j’ai enregistré les voix, j’ai gardé ça et j’ai monté un band!

 

Est-ce que c’est pour ça qu’on entend plusieurs effets dans ta voix?

Oui, mais aussi parce que j’ai vraiment essayé plein de trucs avec des délais, des pédales, des échos. En même temps, ce n’est pas trop fort non plus. Je voulais en mettre plus, mais je me suis dit que c’était correct comme ça. Il y a une bonne balance entre le pop et le louche.

 

Donc, tu ne devais que faire une carte de visite et finalement, tu as un spectacle!

Ben oui, j’ai fait ça et je suis vraiment content. Je pense que je l’aurais regretté à 40 ans d’être passé à côté de ça!

 

Tu as joué dans Le roi poisson et tu as longtemps accompagné Alex Nevsky. As-tu été influencé par ces autres musiciens?

J’ai fait un projet «jeune volontaire» et Alex était mon organisme associé. C’est sûr qu’on a pris quelques bières autour de certains textes, il m’a aiguillé. Grosso modo, ce sont des tounes que j’avais depuis longtemps, qui datait d’avant ça. Il y en a même qu’on devait faire avec Le Roi poisson.

 

Sur les cinq chansons, il y en a trois sur l’amour et deux de rupture. Est-ce qu’on peut dire que tu es quelqu’un de plus positif que négatif?

Exactement! C’est ce qu’il faut en comprendre. Les ruptures, ça affecte tout le monde. Ce n’est pas un sujet qui est nouveau et ce n’est pas non plus un sujet qui est épuisé. Je l’ai donc servi à la sauce Oli Laroche.

 

Le titre, Pop louche, était-ce surtout pour l’expression ou pour la sonorité?

Les deux. L’idée du son me faisait vraiment plaisir d’abord et avant tout. C’est certain qu’avec le côté de la réalisation qui est un peu saturée au niveau du mur de son, dans les finales, c’est un peu épique, je trouvais que ça s’écartait de la pop trop mainstream donc ça devenait un peu louche donc pop louche, je trouve que ça porte bien son nom!

 

 

Album disponible ici au olilaroche.bandcamp.com.

 

Photo : Courtoisie

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.