Sabrina Sirois
Home À la Une Quoi qu’on dise par Martin Claveau: L’éléphant dans la ville

À mesure que je vois la construction du nouveau Colisée avancer, je me dis que le temps presse. Toujours sans locataire, l’édifice sera assurément beau, mais deviendra-t-il un éléphant blanc?

 

 

Aux dernières nouvelles, les Remparts n’étaient pas pressés d’y emménager. Il faut les comprendre, ils ont beaucoup à perdre. Les revenus publicitaires et les diverses concessions rapportent pas mal à l’équipe junior. Dans le nouvel édifice, Quebecor empochera la part du lion de ces revenus, en vertu de l’entente qui avait fait rager Denis de Belleval. Voilà qui n’est pas pour plaire aux dirigeants des Remparts qui, rappelons-le, savent compter.

 

 

N’oublions pas non plus qu’André Desmarais, copropriétaire de l’équipe, avec Patrick Roy et Jacques Tanguay, est aussi membre de la célèbre famille et, par ricochet, propriétaire du journal Le Soleil. Étant donné que l’empire Quebecor s’acharne souvent sur la famille Desmarais, on imagine que le monsieur n’est pas entiché de payer un loyer à ses détracteurs. Comme par hasard, les Remparts demeurent plutôt silencieux dans toute la saga du nouveau Colisée et de l’expansion de la LNH. L’équipe junior compte pourtant parmi ceux qui payeraient le plus cher pour la venue d’un club professionnel. Si en public, leurs représentants restent évasifs devant le désir populaire de revoir une équipe de la LNH, je gagerais ma chemise qu’en privé, ils sont, au moins, un peu perplexes devant l’idée.

 

 

Aux dernières nouvelles, les diables rouges payaient un loyer modeste à la Ville pour occuper l’actuel Colisée, on parle ici de quelques centaines de milliers de dollars. La facture risque d’être plus salée dans le nouveau. Voilà donc une autre bonne raison pour eux de ne pas vouloir s’y installer.

 

 

L’ouverture du nouvel amphithéâtre à l’automne 2015 sera probablement suivie d’une certaine période faste. Qui sait, peut-être nous ramènera-t-on Céline Dion pour l’occasion? Mais, après le tapis rouge, après que Marie-Mai, Louis-Jean Cormier et compagnie auront défilé en grande pompe et seront venus faire leur tour de chant, comment pourra-t-on rentabiliser une si belle patente à 400 000 000$ sans locataire important, comme une équipe de hockey?

 

 

J’en connais qui doivent croiser les doigts pour que la Ligue nationale les appelle…