Vacances
Sabrina Sirois
Home À la Une Shania Twain : Le retour de la diva du country

Shania Twain : Le retour de la diva du country

Québec — Afin d’épauler la sortie de son nouvel album Now paru en septembre 2017, la chanteuse country originaire de l’Ontario Shania Twain remonte sur les planches pour une grande tournée de spectacles, elle qui avait pourtant annoncé sa retraite de la scène en 2015. C’est dans un Centre Vidéotron fébrile que la grande dame du country a fait son entrée, dans les gradins, s’avançant vers la scène principale en traversant d’un bout à l’autre l’amphithéâtre, serrant les mains de ses fans au passage.

Avec une arrivée aussi chaleureuse, mes attentes étaient soudainement très hautes. Trop hautes. Quand on me sert ce qui ressemblait beaucoup à de l’autotune en entrée, j’ai bien de la difficulté à retrouver l’appétit pour la suite. À cela s’ajoutait le décor inutilement chargé de couleurs vives pop bonbon n’ayant aucun lien avec les chansons et les postures extrêmement statiques de la diva vêtue d’une longue robe noire qui semblait la limiter dans ses mouvements. Tout cela a teinté mon début de soirée d’une certaine froideur, d’une distance avec la star. Probablement parce que j’ai suivi avec grande assiduité la télé-réalité la mettant en vedette en 2011 et que depuis, j’ai l’impression de la connaître comme une amie, j’avais envie de cette même proximité, de cette même vérité.

C’est à la troisième chanson du spectacle, Up!, que l’espoir de passer une belle soirée m’est revenu. Enfin des guitares, enfin un son décent, enfin du mouvement autrement que dans l’orgie de projections. Chapeau aux danseurs!

Un peu plus tard, ce sont les violons caractéristiques de Don’t be stupid qui ont animé la foule qui ne demandait qu’à se lever, danser et avoir du plaisir devant une Shania qui, à mon goût, manquait encore de laisser aller dans sa livraison.

La foule a eu le souffle coupé (sans blague, tout le monde a eu la même réaction en même temps), lorsque la chanteuse a fait son entrée sur scène après un changement de costume, vêtue d’une robe au drapage fluide et au motif léopard, dans une démarche assurée, comme une véritable tigresse, venant interpréter That Don’t Impress me Much. Là on touchait un instant de magie!

Any Man of Mine et Honey I’m Home ont également été de très beaux moments, car ils venaient toucher la fibre résolument country de la foule avec une Shania plus détendue maintenant vêtue d’une veste de cuire et d’un chapeau de cow-boy noir.

De son nouvel album, la chanson que je préfère est sans aucun doute I’m Alright. Je voulais du vrai, je voulais de l’émotion, j’ai été servie. De toute évidence, la chanson parle de sa douloureuse séparation avec son ex-mari Mutt Lange. Les paroles sont extrêmement touchantes, au point de me tirer les larmes, le refrain laissant planer beaucoup de questions sur l’état d’esprit de la chanteuse au cœur encore visiblement fragilisé.

Ce moment de grande vulnérabilité a été un de mes préférés du spectacle, sans oublié You’re Still the One, que la chanteuse a interprété assise sur une balançoire suspendue dans les airs au-dessus de la foule scintillante à la lumière des centaines de cellulaires.

Juste avant de nous livrer From this Moment sous d’éblouissants éclairages laser, la star nous a conviés à une brève rétrospective de sa carrière à travers ses vidéoclips les plus marquants. Un beau moment de nostalgie où on a pu constater à quel point le temps passe et que la vie nous transforme au fil des épreuves. La Shania sur ces images n’était plus la même que la Shania de 52 ans qui était devant nous, elle qui a dû, entre autres, affronter avec courage la maladie de Lyme et la perte de sa voix.

Pour Party for two qu’elle interprète habituellement avec Mark McGrath, c’est Bastian Baker qui est revenu sur scène, lui qui assurait la première partie du spectacle avec sa pop country sur une scène complètement dénudée, seulement lui et sa guitare. Originaire de la Suisse, le jeune homme de 27 ans avoue avoir un lien particulier avec le Québec puisqu’il a participé au Tournoi de hockey pee-wee ici même à Québec dans l’ancien Colisé.

C’est en pleine connexion avec la foule qui chantait à plein poumon I’m Outta Here que le spectacle s’est conclu. En rappel, les premières notes si distinctives de Men I feel Like a women ont littéralement fait hurler la foule. Ou je devrais plutôt dire, fait hurler les girls.

Installés dans le hall principal, deux DJ assuraient l’ambiance à la sortie des spectateurs, transformant le lieu en piste de danse en ligne. Une superbe façon festive de laisser passer le trafic avant de rentrer à la maison.

Photos: Philippe Moussette

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.