Sabrina Sirois
Home À la Une Le Diplôme avant la médaille: Un programme qui grandit

Le Diplôme avant la médaille: Un programme qui grandit

 

Québec — Ébranlée de constater que la moitié d’un groupe de jeunes du secondaire avait redoublé, Béatrice Turcotte Ouellet a décidé de créer un programme pour lutter contre le décrochage scolaire. Petit à petit, le Diplôme avant la médaille a pris forme, puis a grandi. En 2017, ce sont 115 élèves qui pratiquent un sport tout en recevant du tutorat afin qu’ils puissent réussir leurs études.

Bien établi à l’école secondaire Vanier depuis 2012, le programme le Diplôme avant la médaille (DAM) est maintenant offert à l’école Joseph-François-Perrault. Grâce à un don de 125 000$ de l’Industrielle Alliance, celui-ci pourra être offert à tous les niveaux et à d’autres types de sport dès l’an prochain. On souhaite également le proposer à une troisième école dès l’année scolaire 2019-2020.

BÉATRICE TURCOTTE OUELLET, fondatrice du programme, a décidé en 2016 de se concentrer à temps plein à DAM même si elle n’avait pas terminé ses études en service social à l’Université Laval. Depuis cinq ans, ce sont 130 élèves qui ont pratiqué un sport tout en étudiant. Seulement en 2017, ils sont 115.

DAM permet à des jeunes qui font partie d’une équipe du réseau de sport étudiant de pratiquer un sport à la condition de réussir leurs études. Lorsqu’ils entrent dans l’équipe, les athlètes doivent signer un contrat avec DAM où les conséquences sont clairement indiquées. En cas d’échec, leur temps de jeu est réduit lors des matchs et ils doivent aller chercher de l’aide aux devoirs. «On essaie de récompenser les efforts, par exemple s’ils vont aller à de l’aide aux devoirs, car c’est déjà démotivant d’avoir un échec», indique-t-elle.

La jeune femme se réjouit du succès que remporte l’organisme à but non lucratif, mais elle ne veut pas aller trop vite. DAM est officiellement devenu un organisme à but non lucratif en 2016. Doté d’un numéro de charité, il peut maintenant donner des reçus pour des dons. Depuis cette année, ils emploient deux coordonnateurs à Vanier, l’un pour s’occuper des tuteurs et l’autre des entraineurs. Mme Turcotte Ouellet aimerait en avoir dès l’an prochain pour Joseph-François-Perrault. En tout, DAM travaille avec 70 tuteurs bénévoles, essentiellement des étudiants de l’Université Laval et 16 entraineurs et assistants.

Approche personnalisée

Selon la fondatrice, ce sont les entraineurs qui font la force du programme. Ceux-ci doivent suivre une formation intensive, dit-elle. «Ils ont environ six formations en dehors de leurs heures d’entrainement ce qui leur permet d’intervenir du côté scolaire, mais aussi pour offrir du soutien socioaffectif auprès des jeunes. Ce sont eux qui entrent en relation avec les professeurs et qui interagissent auprès des élèves», explique-t-elle. Cette formation est essentielle, ajoute la jeune femme. «Ce sont des ressources humaines qu’on peut former pour une action de qualité auprès des jeunes parce qu’on offre une approche personnalisée», souligne-t-elle.

Info. : diplomeavantlamedaille.org

Photo : Elias Djemil-Matassov

 

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.