Sabrina Sirois
Home À la Une Quoiqu’on dise par Martin Claveau: Une idée pour le SRB

Quoiqu'on dise par Martin Claveau: Une idée pour le SRB

Je suis parti avec une impression plutôt défavorable de Jean-François Gosselin, candidat à la mairie, je l’avoue. Ce type, qui parle aussi vite que Louis-José Houde, a suscité beaucoup de réactions durant la campagne électorale. Par contre, je confesse également avoir découvert qu’il avait plus de contenu qu’on a voulu nous le faire croire. Sa position sur le transport en commun «structurant» est éloquente. Elle reflète l’opinion de beaucoup de gens de la banlieue. Je ne suis pas d’accord avec eux, mais ils ont parfaitement le droit de douter de la pertinence d’un projet pharaonique de transport en commun.

Ces gens ont aussi raison de se questionner sur le besoin d’investir des millions dans un projet qui ne suscite pas l’adhésion du public et qui risque de le frustrer durant sa construction. On ne peut pas les ignorer, surtout qu’ils sont assez nombreux. Québec est une ville particulière. Sa banlieue est presque aussi importante que son centre, en nombre d’habitants. Ça nous complique le portrait et explique beaucoup de choses, comme le rejet du transport en commun d’une partie de la population. Les gens du centre-ville sont pas mal convaincus de la nécessité d’avoir un système de transport en commun digne de ce nom, les autres sont plus mitigés mettons…

Tester le SRB

Au lieu d’imposer un tracé ou un système aux gens, je crois qu’il serait possible de «tester» le fameux «SRB ou quel que soit son nom». On pourrait en faire un projet-pilote. Pourquoi ne ferait-on pas circuler des autobus actuels du RTC dans de vrais corridors réservés? Un peu, comme on le fait sur les autoroutes, lorsqu’on détourne le trafic avec des blocs de béton. Bien qu’imparfaite, cette solution aurait l’avantage de faire découvrir aux citoyens récalcitrants quels sont les bienfaits d’isoler le transport en commun du reste de la circulation. L’efficacité et le confort d’un tel service pourraient ainsi être prouvés. Si ça ne marche pas, eh ben, on tient notre réponse et on évite de mettre une cenne de plus là-dedans, non?

C’est sûr que si on est Pharaon et qu’on veut construire de pyramides, ça manque peut-être un peu d’ambition, mais ça coûte aussi moins cher. En plus, ça nous évite de nous hypothéquer l’avenir.

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.