Sabrina Sirois
Home À la Une Voies cyclables Lavigueur et Philippe-Dorval : Réactions partagées

Voies cyclables Lavigueur et Philippe-Dorval : Réactions partagées

Saint-Jean-Baptiste — L’aménagement de voies cyclables sur les rues Philippe-Dorval, Lavigueur et Sutherland a suscité des réactions partagées. Plusieurs citoyens présents à la soirée d’information du 4 mai ont émis des réserves quant à la perte de cases de stationnement et au choix des rues.

En reliant la côte Badelard à la rue Turnbull, la Ville de Québec souhaite réaliser la priorité 1 identifiée par Vélo-Québec. Ce trajet aurait un potentiel de 1100 cyclistes par jour. À partir du chemin Sainte-Foy, les cyclistes pourront ainsi descendre sur la rue Philippe-Dorval, puis prendre la rue Lavigueur jusqu’à la côte Badelard. Dans le sens contraire, ils devront rouler sur Lavigueur, monter par la rue Sutherland, puis prendre Richelieu et ensuite Philippe-Dorval.

À noter qu’il y aura deux doubles sens: sur Philippe-Dorval entre Richelieu et d’Aiguillon ainsi que Lavigueur où l’on devra retirer cinq places de stationnement du 1er mai au 31 octobre. Toutefois, il n’y aura pas de marquage au sol cet été étant donné la réfection des rues Saint-Jean, Turnbull et Salaberry. La signalisation sera par contre installée dès la fin des travaux en octobre.

Perte de cases précieuses

L’enlèvement de ces cases n’a pas fait l’unanimité. Selon des résidants, il est très difficile de se trouver une place surtout entre le 24 juin et 24 août, et particulièrement durant le Festival d’été. Qui plus est, ils ont rapporté que plusieurs fois par jour des véhicules roulent dans le sens contraire de la circulation. JEAN-FRANÇOIS MARTEL, conseiller en planification des transports et MINH-TAN NGUYEN, ingénieur au Bureau du transport à la Ville de Québec ont consenti que le projet ne viendrait pas régler le problème de stationnement du secteur qui est déjà présent, mais qu’ils doivent travailler avec des rues étroites conçues pour des calèches. D’autres ont dit déplorer la perte de stationnement, mais qu’il s’agissait d’un sacrifice nécessaire.

Dénivelé trop fort sur Sutherland

Certains cyclistes ont remis en question le choix d’emprunter la rue Sutherland qui possède un dénivelé difficile à monter même pour des cyclistes expérimentés. Ils auraient préféré passer par Philippe-Dorval. Une option que les deux employés de la Ville disent impossible à faire puisqu’ils doivent respecter des normes. Une bande cyclable doit mesurer 1,5 mètre ce qui n’est pas possible ici. De plus, remonter par Philippe-Dorval aurait nécessité le retrait de plusieurs cases de stationnement. Un citoyen a proposé d’inverser certains sens uniques. SERGE BÊTY, responsable des stationnements à l’arrondissement La Cité-Limoilou, a indiqué qu’avant d’intervenir sur une inversion, il faudrait faire une analyse d’impact poussé, et qu’au final, la moitié des gens seraient pour et l’autre contre.

Rues partagées ?

Des citoyens ont demandé si on avait pensé à les transformer en rues partagées, c’est-à-dire retirer un trottoir sur deux pour permettre l’utilisation de l’espace autant aux cyclistes, aux piétons et aux automobilistes. M. Martel a expliqué que cette possibilité aurait demandé d’importants travaux. «Notre but est de faire des aménagements qui ne coûtent pas très cher pour donner la place aux cyclistes. On veut diviser l’espace entre les usagers. On trouvait ça intéressant ces liens parce qu’ils se connecteront à Turnbull», explique-t-il.

Lien mécanique?

À plusieurs reprises, les gens présents ont mentionné les difficultés à grimper la falaise. Une personne a suggéré d’installer un lien mécanisé comme il en existe en Scandinavie. L’option a été analysée, indique M. Martel, mais jugée trop coûteuse parce qu’il aurait fallu le protéger en hiver. On préfère donc mettre en valeur les escaliers en ajoutant des supports à vélo.

Concours de design pour supports à vélo

Le chargé de projet a révélé qu’une application mobile serait lancée l’an prochain pour pouvoir permettre aux cyclistes d’identifier des lieux où installer des supports. De plus, il a annoncé que la Ville lancerait un concours de design pour des supports qui seraient placés dans des cases de stationnement. Encore faut-il qu’il soit fonctionnel, a lancé un participant, citant en exemple celui au Centre Marc-Simoneau qui est très beau, mais très complexe à utiliser. D’autre part, la goulotte de l’escalier La Chapelle sera installée prochainement. Une personne a quant à elle suggéré d’installer des supports à vélo sur les autobus du parcours 19.

Plusieurs participants ont quand même souligné le bon travail de la Ville dans le dossier.

Info.: ville.quebec.qc.ca/velo

 

L’aménagement projeté sur la rue LaPhoto: Ville de Québec

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.