Société des traversiers
Home Actualités RTC: Les chauffeurs acceptent l’entente à 87,6%

RTC: Les chauffeurs acceptent l'entente à 87,6%

Québec — Les chauffeurs, membres du Syndicat des employés du transport public du Québec métropolitain (SETPQM), ont accepté l’entente de principe intervenue avec le RTC à 87,6%.

«Nous sommes fiers du taux de participation et surtout du résultat du vote sur l’entente de principe, malgré l’épée de Damoclès que représente la loi 24 qui encadre le nouveau régime de négociation dans le secteur municipal et le transport urbain. Sans le mandat de grève à 95,2 % confié par nos membres, le 26 février dernier, et sans les moyens de pression exercés par les chauffeurs, nous n’aurions jamais pu obtenir cette entente tellement les contraintes et les délais pour négocier ont été astreignants», indique GHISLAIN DOLBEC, président du SETPQM, affilié à la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN)

Ainsi, après la signature, la nouvelle convention collective sera en vigueur jusqu’au 30 juin 2021, soit une période minimale de cinq ans imposée par la loi 24. Au plan salarial, les chauffeurs obtiendront rétroactivement au 1er juillet 2016 une hausse globale de 8 % sur cinq ans.

Régime de retraite

Des améliorations ont aussi été obtenues au régime de retraite, dont une bonification importante de la rente de base. «C’était un des enjeux de cette ronde de négociation qui nous permet, enfin, de rattraper un retard sur les conditions de travail en vigueur de la plupart des entreprises publiques au Québec», précise M. Dolbec.

L’autre grand enjeu de cette négociation portait sur l’organisation du travail, notamment l’amplitude de douze heures de présence au travail que l’employeur voulait accroître. «Nous avons réussi à faire reculer le RTC sur cette demande qui, autrement, aurait augmenté le temps de présence des chauffeurs, affectant autant la conciliation famille-travail et leur qualité de vie, sans vraiment apporter de réels impacts sur les services à la population.»

Parmi les autres gains figure une meilleure prise en compte des besoins des chauffeurs par la mise en place d’un comité de travail sur les problèmes spécifiques causés par certains horaires de travail. Enfin, des modifications seront éventuellement apportées aux parcours et aux horaires de travail de manière à mieux s’adapter aux besoins des chauffeurs, tout en considérant les besoins en matière de transport urbain.

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.