Sabrina Sirois
Home À la Une Cold Folks: Du Vieux-Québec à La Nouvelle-Orléans

Cold Folks: Du Vieux-Québec à La Nouvelle-Orléans

Les prochains mois risquent d’être chargés pour les deux membres principaux de Cold Folks. Gabrielle Bégin et David Raymond Leblanc travaillent sur un nouvel album en plus d’un voyage aux États-Unis.

D’où vous vient cet amour du folk?
DRL : Je viens d’une famille qui tripe ben gros sur le country et le bluegrass et quand j’étais enfant, je ne comprenais pas! Déjà à 10 ans, j’avais juste envie d’écouter du métal et du punk. En vieillissant, je me suis rendu compte qu’il y a un public jeune pour ce genre de musique. En écoutant les paroles, je voyais comment on exprimait des propos profanes en utilisant un autre chemin, plus subtile. Je me suis rendu compte que le double sens était plus intéressant que des trucs directs que j’écoutais dans le rock.

Comment le groupe est né?
DRL : J’ai rencontré Gabrielle à des soirées de jam au bar Temps partiel. On a commencé à jouer ensemble et on s’est dit que ça serait le fun de partir un projet acoustique. De fil en aiguille, on a développé Cold Folks.

GB : C’est drôle parce qu’on se connaissait principalement comme des musiciens de loud alors qu’on s’est parti un groupe acoustique!

C’est vrai qu’on est habitué de vous avec un peu plus d’amplis!
GB: C’était un gros défi! Au début, je me sentais tout nu! Mais à force d’apprivoiser ça, c’est super bon pour la confiance en soi. Il y a moins d’artifice et c’est plus gratifiant. On le sait plus rapidement aussi si une chanson va marcher quand tu composes pour des musiques acoustiques.

C’est une musique qui se transporte bien, dans la rue par exemple, où vous avez joué…
GB: Ça fait deux ans de suite qu’on le fait. L’été dernier, on a joué dans le Petit Champlain. On a aussi d’autres jobs, mais c’est extrêmement formateur. Les gens passent, ce n’est pas un public qui est là pour te voir.

DRL: T’as un contact privilégier et direct avec le public. Quand tu fais un show, tu fais de la promotion, tu mets des posters, t’invites tes amis qui viennent te voir, surtout quand tu commences. Mais si tu es capable d’atteindre des étrangers que tu ne connais pas et de faire vibrer des inconnus qui ne s’attendaient pas à te voir et qui te donnent 2$, ça c’est le fun!

Parlez-nous de ce voyage que vous ferez sous peu.
GB: On part tout le mois de mars, un peu en éclaireur. David connait des gens là-bas. La Nouvelle-Orléans, c’est le berceau de la musique qu’on joue, mais pas mal le berceau de la culture tout court. Il y a des Espagnols, des Français, des Créoles.

DRL: Et Il y a du vaudou!

Info. : https://coldfolks.bandcamp.com

Photo : Courtoisie

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.