Carrefour historique
Home À la Une Quoiqu’on dise par Martin Claveau: Citoyens contre le mot citoyen, unissons-nous!

Quoi qu'on dise par Martin Claveau: Au voleur

J’en ai marre de voir le mot «citoyens» partout, tout le temps et à propos de n’importe quoi. Ce n’est pas une blague, on dirait que je n’entends que ça ces jours-ci. J’assiste à des assemblées publiques et on discute de projets «citoyens» et de «citoyens» qui occupent l’espace urbain. Je lis des blogues et on parle d’initiatives «citoyennes». J’écoute la radio et on nous entretient de réalisations «citoyennes». Je regarde la télé et on parle de ces «citoyens» qui s’approprient des ruelles. Non, mais, ça va faire, à la fin! J’en ai ma claque de cette mode du mot «citoyens»! Parfois, on se croirait revenu à la Révolution française, tellement on entend ce damné mot…

Une question comme ça, un projet ou une idée qui vient de quelqu’un qui habite une ville peut-elle être autre chose que «citoyen» au fait?

N’empêche qu’on galvaude l’expression à propos de tout et de rien comme si on voulait nous donner l’impression que l’on venait de s’apercevoir que la ville était habitée par les gens alors qu’elle l’a toujours été. On veut que les gens occupent leur milieu de vie, mais le hic, c’est qu’il leur appartient déjà, non?

Alors on nous parle à qui mieux mieux d’espace «citoyens» et d’initiatives «citoyenne», mais ça reste des expressions plutôt vides de sens.

Dans le Larousse, la définition du mot citoyen au sens familier est : «individu aux allures ou au comportement plus ou moins bizarres…» Ça ne s’invente pas. Plus sérieusement, le dictionnaire définit le mot comme étant «une personne jouissant, dans l’État dont il relève, des droits civils et politiques, et notamment du droit de vote.»

Alors finalement, quand on s’y arrête, ça s’applique à tout le monde non? Pourtant, on utilise l’expression, un peu comme on utilise les expressions «civiles» et «militaires», pour désigner un concept, mais le problème avec l’expression «citoyen» c’est qu’elle s’applique à peu près tout. Alors ça devient un pléonasme de l’utiliser, et ça, ben ça m’ÉNERVE. Vous ne pouvez pas savoir comment! Alors, ça m’a fait du bien d’en parler à mes… Concitoyens.

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.