Carrefour historique
Home À la Une Change de disque par Tanya Beaumont: Un premier EP pour Velvet Vice

Un premier EP pour Velvet Vice

Après plusieurs années de travail et une reconfiguration du groupe, la formation Velvet Vice vient tout juste de lancer un premier album Urban Instinct. Rencontre avec le guitariste et compositeur Mathias Berry ainsi que la chanteuse Claudia Blais.

  • Comment s’est créé le groupe?

MB : On a commencé à trois. On voulait un band un peu pop avec des éléments funk et rock. On a eu une chanteuse au début qui avait des objectifs différents alors on a décidé de se séparer. On a trouvé Claudia assez drôlement. Sur un site de rencontre de musiciens en ligne, c’est la première personne qu’on a vue. On lui a écrit et… match parfait!

  • Claudia, que faisais-tu sur ce site de rencontre?

CB : Je chante depuis que je suis toute petite. J’ai eu de petits projets, mais ça ne se concrétisait jamais. Je me suis mise sérieusement à chercher un band et j’ai envoyé une petite annonce. Ils m’ont contactée et ç’a vraiment cliqué. On a jammé et une semaine après, on avait un show ensemble!

  • Une semaine, c’est rapide! Il a fallu apprendre toutes les chansons?

CB : En fait, j’en ai composé une en une semaine et ç’a même été un extrait qui a est sorti. Ouais, ça n’a pas niaisé!

  • Pour l’enregistrement du EP, avez qui avez-vous travaillé?

MB : On a travaillé avec des gars de Québec qui sont dans différents projets, dont Harfang. Donc Samuel (Wagner) et David (Boulet-Tremblay), qui ont fait un cours en sono, se sont proposés pour nous enregistrer. On a travaillé chaque musicien de son côté. Ç’a été une très belle expérience. On a beaucoup appris de ça. Quand on écoute l’album, on est très fière du résultat.

  • Il y a cinq chansons sur l’album. Comment les avez-vous choisies?

CB : C’était vraiment pour garder une cohérence. On voulait se donner un son bien précis. Au fil des compositions, on s’est rendu compte qu’il y en avait certaines qui collaient plus au son qu’on voulait se donner alors c’est celles-ci qu’on a sélectionnées.

  • Et quand avez-vous su que c’était le bon son?

CB : Je pense qu’on le sentait tous ensemble. L’ambiance qu’il y avait dans le local de jam… Quand on a fini nos compositions, on était tous contents de vivre cette vibe-là. Je pense que ça s’est décidé selon ce qu’on ressentait en les jouant.

  • Qu’est-ce qui vous a donné le goût d’aller vers le funk rock?

MB : C’est sûr qu’il y a beaucoup d’influence comme Red Hot, Cool and the gang. Mais il y a aussi qu’il n’y a pas beaucoup de groupes du style à Québec. Chaque musicien cherche à faire quelque chose d’unique alors je me suis dit, s’il y a moyen de se tailler une place et de devenir le band de référence quand on parle de funk rock à Québec, aussi bien sauter sur cette occasion-là.

velvetvice.bandcamp.com

Photo : Alexis Taillon-Pellerin

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.