Société des traversiers
Home À la Une À la dérive par Michaël Lachance: L’amour Médecin

Le cul pénard dans la rue, je croisai des passants venus des huit coins du globe pour apprécier les voluptueuses courbes de la rue Couillard. Chacun trimbalant son café lavasse déniché au Macdonald, circonvoisins de ma terrasse improvisée; le sourire narquois fendu jusqu’au nez, je me jetai un court derrière la cravate. Les pigeons fientaient sur les Américains, lorsque je surpris Daniel de Rémy de Courcelles[1] jaser avec Jean-Baptiste Poquelin[2].

 

–       «Putain, que s’est-il passé au Québec depuis mon départ ?», dit le 12e Gouverneur de Nouvelle-France.

–       «Aucune idée, trois médecins gouvernants, voilà plus de trois siècles qui n’auront visiblement pas appris grand-chose à ces colons», répliqua Poquelin l’air irrité.

–       «My Godness! C’est auprès des malades un mire, sinon, à quoi bon toute cette science?», dit désespéré de Courcelles.

–       «Je ne savais pas qu’un médecin s’y connasse en finance et en gestion, pas plus qu’en politique. Les médecins s’occupent des démangeaisons, pas des prisons?»

 

Poquelin pris une bouffée de vide, avant de lancer à Courcelles : «Allons nous saouler la gueule!»

 

Je me cognai la tête contre la porte de mon boui-boui, en proie à une crise de mysticisme aussi soudaine qu’intempestive. Je me commandai un double court et je vociférai ipso facto en direction de ces deux acteurs de Walking Dead :

 

– « HEYYYYYYYYYYYYYYYYYYYY, bougez plus!»

 

Visiblement sortis des catacombes pour emmerder ma matinée, qui n’était pas si mal, cela dit, les ancêtres sortis de nulle part se retournèrent au son de mon cri primal. Je me permis une mise au point et, de suite, je brossai à mes hallucinations un portrait de l’état des lieux :

 

– «Jamais au Québec, on aura prodigué autant de soins à nos finances publiques que sous ce gouvernement libéral, messires. Le triumvirat de médicastres en place – d’hommes, bien entendu –, loin des lettres et de la noblesse, pratique la saignée dans nos finances publiques, comme seuls sont capables ceux qui ont fait des longues études de premier cycle en médecine. Aille les zombies!, nos anciens esculapes tentent d’accéder à l’équilibre budgétaire crisse! De cette façon, la purge actuelle peut être effective dans la mesure où nos pléthoriques coupent dans le gras de l’État! Or, comme vous le savez, si l’on doit la saignée à l’instinct de l’hippopotame, qui se frottait les jambes contre les joncs du Nil, pour en faire sortir le sang[3], l’on doit à ce triumvirat d’ongulés disciples d’Hippocrate, le joug de la Faculté, appliquée à la politique provinciale. Ici, ce n’est pas la Satrapie, bordel!»

Les deux viocs croulants et cacochymes se dissipèrent dans le brouillard de la rue Couillard. Une ambulance ornée de dessins abstraits, évoquant sans doute les œuvres de Pollock ou Riopelle, s’arrêta à un jet de pierre de ma psychose iatrogène. Un baraqué en sorti, muni d’un «Taser», on me filât violemment une décharge de 12 000 volts. Je tombai à la renverse, gaspillant un court si vélocement préparé. Aussitôt, deux policiers décérébrés m’interrogèrent et, par suite, je me retrouvai isolé dans une cellule capitonnée. C’est alors que je criai en latin à mes bourreaux : « Inter facies et urinam nascimur[4]».

 

[1] Il fut gouverneur de la Nouvelle-France de 1665 à 1672

[2]Aussi connu sous le nom « dit Molière ».

[3]Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Diderot et d’Alembert, Paris, 1751.

[4] Nous naissons entre la fiente et l’urine – Saint Augustin

 

Laisser une réponse

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.