Sabrina Sirois
Home À la Une Un 1er album pour My Hidden Side

My Hidden Side

Sainte-Foy — Les frères Cornellier de My Hidden Side ont parcouru tant de chemin depuis quelques années. Concours remportés, nombreuses prestations dont celle du Festival d’été, cette ascension a cumulé le 18 février au lancement «MHS», un tout premier album pop-punk sous l’étiquette Disques Nomade.

 

 
JÉRÉMY (voix et basse), 14 ans, ainsi que les jumeaux ALEX (guitare) et TOMMY (batterie), 12 ans, rejoignent un public de plus en plus nombreux. Malgré cette popularité grandissante, ils gardent les deux pieds sur terre. «On ne peut pas se permettre de niaiser à l’école et ailleurs. On a plus de responsabilités, commente l’aîné. Faire des spectacles et rencontrer des gens nous a permis d’évoluer comme personnes et musiciens», poursuit-il. D’ailleurs, école oblige, ils se sont rendus à leur institution pour un examen avant de se rendre à deux entrevues.

 

 
Autrefois enfants et dorénavant adolescents, le choix du français pour l’album reflète en partie cette transformation dans leur vie. Ils ont commencé à chanter en anglais comme beaucoup de jeunes de leur âge. Ils composaient et la famille traduisait. Ils se sont finalement tournés vers la langue de Molière pour être plus uniques, car peu de groupes de rock ont pris cette décision. Jérémy ne comprenait pas non plus ce qu’il chantait en anglais et ne ressentait donc pas d’émotions.

 

 
Sujets d’adolescent
Les 10 morceaux de MHS abordent plusieurs thèmes liés à l’adolescence, dont l’amour ou encore l’alcool au volant. L’un d’entre eux traite aussi du décès de la grand-mère des musiciens. Mais ils ont d’abord mis de l’avant Vouloir partir comme premier extrait. «On a eu des amis qui se sont suicidés et d’autres ont des idées. Chaque jour ou presque, on reçoit des témoignages sur notre page Facebook à ce sujet», explique l’aîné. Les frères désirent, par leur chanson, lancer un message d’espoir. Ils ont récemment reçu une formation de l’Association québécoise de prévention (AQPS) pour savoir comment agir dans cette situation. «On veut les aider, mais on n’est pas des intervenants. À un certain stade, il faut le référer vers une source plus fiable que nous», souligne Tommy.

 

 
Quand la vie sourit
Sortir un album à un si jeune âge n’est pas courant. Celui de My Hidden Side constitue le fruit d’une rencontre avec SYLVAIN ROY avant son arrivée chez Disques Nomade. Il s’est déplacé pour les écouter et les conseiller. Lorsqu’il a commencé en tant que chargé de projets à la maison de disques, il a proposé l’idée à ses nouveaux collaborateurs. ÉRIC BLANCHARD avait déjà approché les frères un an auparavant, mais sans aboutir à quelque chose de concret.

 

 
Entouré d’une solide équipe, le groupe a amorcé l’aventure en septembre 2012 en commençant par composer leurs morceaux. Au moment d’entrer en studio à l’été 2013, ils ont appris un autre bonne nouvelle, celle d’une prestation en première partie de Bad Religion au Festival d’été de Québec. «Le style du groupe n’est pas comme le nôtre. On se demandait comment le public allait réagir, mais finalement les gens ont tripé», raconte Alex.

 

 
Maintenant que le disque est sur les rails, les frères ont au calendrier un lancement à Musique Plus (28 février), un spectacle au Centre d’art La Chapelle (25 avril), des festivals à l’été et bien sûr, des «shows de polyvalente». «C’est notre public cible», précise Jérémy.

 

Photo : Courtoisie